fbpx

Sans susciter de grandes réactions jusqu'à présent, des études appellent à l'instauration d'une semaine de quatre jours pour enrayer le réchauffement climatique.

par Malaurie Chokoualé Datou | 2 juillet 2019

C’est la première fois que les sabliers noirs font leur entrée à Stras­­bourg. Dispo­­sés sur des bande­­roles vertes, peints au milieu de globes terrestres, ils repré­­sentent le temps qui passe inexo­­ra­­ble­­ment face à l’inac­­tion poli­­tique. En ce 22 juin, dans le parc de l’Étoile, la statue de Gandhi est elle aussi drapée de vert pour l’oc­­ca­­sion, le front luisant de pluie. Alors que le Soleil suit sa course, loin au-dessus d’épais nuages, le cortège d’Ex­­tinc­­tion Rebel­­lion se met en branle, décla­­rant publique­­ment la nais­­sance de son groupe local devant des auto­­mo­­bi­­listes à l’ar­­rêt. 

Galva­­ni­­sées par un puis­­sant méga­­phone, une centaine de personnes sont venues bran­­dir ses pancartes sur la place de l’Étoile. « Nous ne sommes pas là pour vous faire culpa­­bi­­li­­ser, mais pour vous infor­­mer », annonce le coor­­di­­na­­teur du groupe stras­­bour­­geois, Nico­­las Falem­­pin, qui dépasse d’une bonne tête le reste des mani­­fes­­tants. « Le chan­­ge­­ment clima­­tique à l’oeuvre n’est pas de votre faute. » Cet habi­­tué des mani­­fes­­ta­­tions espère bien que sa ville pren­­dra la suite des actions non-violentes de déso­­béis­­sance civile qui ont eu lieu à Delhi, Paris et Londres, la ville qui a vu naître le mouve­­ment en 2018.

Crédits : Extinc­­tion Rebel­­lion Stras­­bourg

Extinc­­tion Rebel­­lion a d’abord laissé Andre Spicer dubi­­ta­­tif. Mais ce profes­­seur en compor­­te­­ment orga­­ni­­sa­­tion­­nel de Londres a changé d’avis. Après ces mani­­fes­­ta­­tions, près de 70 % des Britan­­niques « souhaitent une action urgente face à l’ur­­gence clima­­tique » et le gouver­­ne­­ment s’est fixé comme objec­­tif d’at­­teindre la neutra­­lité carbone d’ici 2050. Mais les mili­­tants et les déci­­deurs ne pour­­ront à son avis réus­­sir qu’à une condi­­tion : instau­­rer la semaine de quatre jours.

La semaine de quatre jours

Ensei­­gnant depuis près de huit ans à la très répu­­tée Cass Busi­­ness School de Londres, Andre Spicer a commencé à s’in­­té­­res­­ser aux liens entre durée du travail et ques­­tions envi­­ron­­ne­­men­­tales lors de l’écri­­ture de son livre Busi­­ness Bull­­shit en 2017 . « J’ai remarqué que la plupart des gens passaient leur temps au travail, sans toujours y trou­­ver un sens », explique-t-il. « J’ai commencé à me deman­­der si nous pour­­rions nous débar­­ras­­ser de ce “travail de merde” et si les entre­­prises seraient tout aussi produc­­tives. » Après maintes recherches, il a réalisé que non seule­­ment la réduc­­tion du temps de travail n’avait aucun impact néga­­tif sur la produc­­ti­­vité, mais surtout qu’elle pouvait « augmen­­ter la satis­­fac­­tion ainsi que l’en­­ga­­ge­­ment des employés ». Surtout, elle « peut aussi avoir un effet posi­­tif sur l’en­­vi­­ron­­ne­­ment ».

Depuis plusieurs années, une série de travaux a effec­­ti­­ve­­ment déter­­miné que travailler moins est bon pour la planète. Publiée en 2012 par l’Ins­­ti­­tut de recherche en écono­­mie poli­­tique (PERI) de l’uni­­ver­­sité d’Am­­herst Massa­­chu­­setts, une étude réali­­sée par les trois socio­­logues Kyle Knight, Eugene A. Rosa et Juliet B. Schor a établi que pour atteindre une dura­­bi­­lité envi­­ron­­ne­­men­­tale, les heures de travail occupent un rôle primor­­dial. Il et elles ont estimé que la consom­­ma­­tion d’éner­­gie bais­­sait avec les heures de travail. En effet, moins travailler signi­­fie produire moins de biens et de services qui mobi­­lisent un nombre impor­­tant de ressources. Cela induit en outre une dimi­­nu­­tion des dépla­­ce­­ments et de l’uti­­li­­sa­­tion de systèmes infor­­ma­­tiques éner­­gi­­vores.

S’il est géné­­ra­­le­­ment admis que les émis­­sions de gaz à effet de serre et les heures au bureau sont en rela­­tion étroite, il est encore diffi­­cile de déter­­mi­­ner exac­­te­­ment l’am­­pleur de la réduc­­tion de notre impact sur l’en­­vi­­ron­­ne­­ment, même si certain-e-s s’y sont risqué-e-s. Ainsi, en bais­­sant de 10 % le temps au travail, l’em­­preinte carbone de chacun serait réduite de 14,6 %. De la même manière, « si nous rédui­­sions les heures de travail de 25 % – ou d’un jour et quart chaque semaine – notre empreinte carbone dimi­­nue­­rait de 36,6 % », complète Andre Spicer.

Crédits : Chab01

Opérée par Philipp Frey, cher­­cheur affi­­lié au think-thank Auto­­nomy, qui se concentre sur le futur du travail, une autre étude exprime des conclu­­sions simi­­laires « pour deve­­nir une société verte et durable ». Si les gouver­­ne­­ments n’in­­tro­­duisent pas une décar­­bo­­ni­­sa­­tion radi­­cale de leur écono­­mie, les citoyens euro­­péens vont devoir réduire leur nombre d’heures de travail pour éviter un réchauf­­fe­­ment clima­­tique sans précé­dent. En se basant sur des données concer­­nant le gaz à effet de serre récol­­tées par les Nations Unies et l’Or­­ga­­ni­­sa­­tion de coopé­­ra­­tion et de déve­­lop­­pe­­ment écono­­mique (OCDE) en Suède, en Alle­­magne et au Royaume-Uni, le cher­­cheur a estimé que les travailleurs-euses devraient élimi­­ner neuf heures par semaine de leur emploi du temps pour conte­­nir la hausse de tempé­­ra­­ture en-dessous de 2°C. 

Gare toute­­fois à la façon dont les gens utili­­se­­raient ces heures nouvel­­le­­ment acquises, car ils pour­­raient en profi­­ter « pour faire des choses plus nocives pour l’en­­vi­­ron­­ne­­ment », comme une virée shop­­ping endia­­blée ou un long week-end à Lisbonne, rallié par avion. Heureu­­se­­ment, il a été prouvé que le temps libre est en géné­­ral consa­­cré à des acti­­vi­­tés plus économes. En effet, selon une étude menée en 2005 par le cher­­cheur affi­­lié au dépar­­te­­ment de géogra­­phie du King’s College London, Samy Sanches, la semaine de 35 heures a eu un béné­­fice en France. Après son instau­­ra­­tion, en 2000, on a observé une « renais­­sance du mouve­­ment anti-consu­­mé­­riste dans le pays ». Les acti­­vi­­tés cultu­­relles ou fami­­liales étaient donc privi­­lé­­giées. 

Andre Spicer ajoute qu’une réduc­­tion du temps de travail implique la créa­­tion d’une « infra­s­truc­­ture de convi­­via­­lité » : il faut que les villes comptent des pistes cyclables, des parcs ou des biblio­­thèques qui donnent envie de s’y perdre. Mais sommes-nous prêt-e-s à voir nos semaines de travail rabo­­tées ?

Aussi viable qu’in­­dis­­pen­­sable

Bien que margi­­nale, cette poli­­tique est actuel­­le­­ment expé­­ri­­men­­tée à travers le monde, non pas par des gouver­­ne­­ments, mais essen­­tiel­­le­­ment par des entre­­prises, des orga­­ni­­sa­­tions ou encore quelques écoles publiques (comme aux États-Unis par exemple). Quand Andrew Barnes a annoncé à ses sala­­rié-e-s qu’ils et elles allaient s’es­­sayer à une semaine de travail de quatre jours pendant six semaines, il n’a récolté que des yeux écarquillés. Durant cette expé­­rience qui a débuté à la fin de l’été 2018, le PDG de l’en­­tre­­prise néo-zélan­­daise Perpe­­tual Guar­­dian a tenu à ce que les 230 sala­­rié-e-s travaillent 32 heures au lieu de 40, pour un salaire iden­­tique. Cet essai s’est révélé telle­­ment posi­­tif pour l’en­­tre­­prise comme pour les employé-e-s, que Barnes a fina­­le­­ment décidé de l’ins­­tau­­rer défi­­ni­­ti­­ve­­ment, pour conti­­nuer à travailler moins mais mieux.

En France, cette reven­­di­­ca­­tion a été lancée en 1993 par un écono­­miste qui reve­­nait tout juste d’une année sabba­­tique : Pierre Larrou­­tu­­rou, actuel­­le­­ment député euro­­péen en attente d’in­­ves­­ti­­ture. Inscrite dans la loi Robien sur l’amé­­na­­ge­­ment du temps de travail (qui était facul­­ta­­tive) trois ans plus tard, elle a fina­­le­­ment été non-recon­­duite par les lois Aubry en 2000. En sa qualité de promo­­teur d’une semaine de quatre jours en France, Larrou­­tu­­rou observe du coin de l’œil les quelques expé­­ri­­men­­ta­­tions menées en France depuis lors.

Crédits : Gyro­s­tat

La société de reva­­lo­­ri­­sa­­tion des déchets Yprema a adopté la semaine des 4 jours (avec 35 heures) en 1997, afin de lutter contre la péni­­bi­­lité au travail, pour ne plus jamais la lâcher. Grâce à ce système, son PDG, Claude Prigent, a pu embau­­cher 14 personnes en CDI en dix ans. Ce cas reste cepen­­dant isolé, au grand éton­­ne­­ment de Claude Prigent, qui se dit « prêt à payer une étude pour rencon­­trer toutes les entre­­prises qui utilisent les quatre jours, et montrer aux scep­­tiques que tout est possible. »

Les débats autour de la semaine de quatre jours ne lient pas encore la réduc­­tion du temps de travail à la lutte contre le réchauf­­fe­­ment clima­­tique, mais plutôt à une envie de meilleur équi­­libre entre vie profes­­sion­­nelle et vie privée. « Aujourd’­­hui, on parle surtout de stress et de produc­­ti­­vité dans la semaine de quatre jours », ajoute Spicer. Mais depuis peu « les gens commencent à réflé­­chir aux consé­quences envi­­ron­­ne­­men­­tales de cette situa­­tion. »

Force est de consta­­ter que l’idée séduit. L’étude The Work­­force View in Europe 2019, menée par l’ins­­ti­­tut de recherche ADP, s’est penchée sur les inquié­­tudes et les passions des sala­­rié-e-s euro­­péen-ne-s. Réali­­sée auprès de 10 000 personnes (dont 1410 Français-es), elle a mis en lumière la très grande popu­­la­­rité de ce partage du temps de travail. Si possible, 60 % des Français-es choi­­si­­raient de ne travailler que quatre jours par semaine. Toute­­fois, 83 % des sondé-e-s ont annoncé préfé­­rer travailler plus pendant ces quatre jours afin de conser­­ver leur salaire coûte que coûte.

Crédits : Yprema

Pour le Président d’ADP en France et en Suisse, Carlos Fonte­­las de Carvalho, la propo­­si­­tion ne doit toute­­fois pas faire oublier le bon sens. « Si dans certains cas (…) des rapports montrent qu’il peut être possible de main­­te­­nir la produc­­ti­­vité en ne travaillant que 4 jours, ce n’est pas une formule magique (…) », tempère-t-il. Inutile donc d’es­­sayer de faire entrer la même quan­­tité de travail dans une semaine réduite, sous peine d’en­­traî­­ner le stress et l’épui­­se­­ment que l’on dési­­rait éviter.

Se voulant rassu­­rant, Spicer ajoute que toutes les entre­­prises ne paient pas diffé­­rem­­ment leurs employés moins présents, « souvent, parce qu’elles ou ils peuvent produire presque autant en quatre jours qu’en cinq ». Si certaines personnes peuvent ne pas être dispo­­sées à accep­­ter un salaire tronqué, il affirme que « beau­­coup de gens sont prêts à prendre une petite réduc­­tion de salaire » pour une semaine de travail plus courte.

La tech­­no­­lo­­gie a égale­­ment son mot à dire dans ce système poten­­tiel. Direc­­teur d’Au­­to­­nomy, Will Strong affirme que grâce aux progrès tech­­no­­lo­­giques permet­­tant l’au­­to­­no­­mi­­sa­­tion, une semaine de travail réduite est aussi viable qu’in­­dis­­pen­­sable. « Le rythme rapide des tech­­no­­lo­­gies permet­­tant de réduire les coûts de la main-d’œuvre laisse entre­­voir la possi­­bi­­lité d’une semaine de travail plus courte pour tous-tes, si elle est déployée correc­­te­­ment », écrit-il. « Cepen­­dant, alors que l’au­­to­­ma­­ti­­sa­­tion montre que moins travailler est tech­­nique­­ment possible, les pres­­sions urgentes sur l’en­­vi­­ron­­ne­­ment et sur notre budget carbone montrent qu’une réduc­­tion du temps de travail est réalité néces­­saire. »

Dans notre lutte contre le réchauf­­fe­­ment clima­­tique, « nous devons iden­­ti­­fier les inno­­va­­tions qui nous procurent des avan­­tages tangibles à court terme, mais qui sont égale­­ment béné­­fiques pour la planète à long terme », explique Andre Spicer. La réduc­­tion des heures de travail rassemble ainsi ces deux impé­­ra­­tifs, car elle n’est doulou­­reuse pour personne – bien au contraire –, et sûre­­ment pas pour l’en­­vi­­ron­­ne­­ment.


Couver­­ture : Domi­­nik Lange.


 

Premium WordP­ress Themes Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load WordP­ress Themes Free
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
free down­load udemy course
Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy paid course

Plus de monde

Comment proté­ger les lanceurs d’alerte ?

251k 13 novembre 2019 stories . monde

À quoi ressem­ble­rait une armée euro­péenne ?

220k 10 novembre 2019 stories . monde

La France peut-elle en finir avec le chômage ?

134k 6 novembre 2019 stories . monde