par Mike Jay | 13 novembre 2015

Les petits êtres

En février 1758, Charles Lullin, fonc­­tion­­naire suisse à la retraite, était âgé de 90 ans. Il avait progres­­si­­ve­­ment perdu la vue suite à une opéra­­tion de la cata­­racte cinq ans aupa­­ra­­vant. C’est à cette époque qu’il commença à voir beau­­coup plus clai­­re­­ment que ce à quoi il était habi­­tué. Durant les mois qui suivirent, il reçut dans son appar­­te­­ment un défilé de person­­nages que lui seul pouvait voir : des jeunes hommes enve­­lop­­pés dans de superbes capes, des dames aux coiffes magni­­fiques portant des boîtes sur leurs têtes, et des jeunes filles qui dansaient, drapées dans la soie. Ces visions furent consi­­gnées et publiées en 1760 par son petit-fils, le natu­­ra­­liste Charles Bonnet, qui donne­­rait son nom bien plus tard au syndrome hallu­­ci­­na­­toire surve­­nant chez les personnes âgées et malvoyantes.


ulyces-sanehallu-01
Charles Bonnet

Ce cas célèbre fait partie des études fonda­­trices de la science des hallu­­ci­­na­­tions et permet de défi­­nir les traits carac­­té­­ris­­tiques du sujet. Le point le plus impor­­tant, c’est que cette affec­­tion n’est en aucun cas liée avec une mala­­die mentale : la vue de Lullin s’était peut-être obscur­­cie, mais ses facul­­tés cogni­­tives étaient parfai­­te­­ment aigui­­sées et il n’avait aucun mal à recon­­naître le carac­­tère irréel de ses hallu­­ci­­na­­tions. La nature de son expé­­rience était clai­­re­­ment diffé­­rente de celles obser­­vées dans les cas de psychoses telles que la schi­­zo­­phré­­nie : elle illustre au contraire la variété des condi­­tions orga­­niques donnant lieu à des « hallu­­ci­­na­­tions chez le sain d’es­­prit », allant des troubles neuro­­lo­­giques aux effets de diffé­­rentes drogues.

Au cours du siècle dernier, nous en avons appris beau­­coup sur les états céré­­braux et les proces­­sus optiques à l’ori­­gine de telles expé­­riences. Cepen­­dant, une ques­­tion demeure : qu’est que ces hallu­­ci­­na­­tions peuvent bien signi­­fier ? S’il est impos­­sible de les appa­­ren­­ter à des symp­­tômes de démence, on ne peut pas non plus les défi­­nir comme étant de simples données senso­­rielles. Au contraire, les formes qu’elles adoptent semblent curieu­­se­­ment cohé­­rentes. Par exemple, les petits person­­nages sont une vision fréquente chez les personnes atteintes du syndrome de Charles Bonnet. Le neuro­­logue Oliver Sacks se souvient d’un patient qui pendant deux semaines a été accom­­pa­­gné par de « petits êtres hauts de quelques centi­­mètres, des sortes d’elfes ou de fées coif­­fés de petits bonnets verts, qui grim­­paient le long de son fauteuil roulant ».

Mais ces petits person­­nages appa­­raissent dans bien d’autres cas. Chez les personnes souf­­frant de migraines par exemple, chez ceux atteints d’épi­­lep­­sie, de la mala­­die de Parkin­­son, ou chez les consom­­ma­­teurs de DMT (dimé­­thyl­­tryp­­ta­­mine), de cham­­pi­­gnons hallu­­ci­­no­­gènes ou encore en période de sevrage à l’al­­cool ou aux séda­­tifs. Ces condi­­tions sont extrê­­me­­ment diffé­­rentes et pour­­tant, ces petits person­­nages présentent de remarquables simi­­li­­tudes. Des carac­­té­­ris­­tiques curieuses mais pour­­tant communes : une tendance à appa­­raître en groupes par exemple, ou en forma­­tions rangées (« la numé­­ro­­sité »), à porter des couvre-chefs ou des tenues exotiques et à vaquer à leur occu­­pa­­tion sans prêter atten­­tion aux tenta­­tives d’in­­te­­rac­­tion du sujet. Qui sont ces petits person­­nages ? Sont-ils porteurs d’un message ? Et si tel n’est pas le cas, quel est le sens de ces carac­­té­­ris­­tiques communes ?

Du point de vue des neuros­­ciences, ces stéréo­­types hallu­­ci­­na­­toires offrent des plon­­gées uniques, sinon cryp­­tiques, dans les struc­­tures enfouies dans les profon­­deurs de notre cerveau : le fait qu’ils puissent être géné­­rés par de si nombreuses condi­­tions appa­­rem­­ment sans liens suggère l’exis­­tence de struc­­tures percep­­trices profon­­dé­­ment ancrées dans le cerveau, et capables de les fabriquer de manière régu­­lière. Ces hallu­­ci­­na­­tions ont égale­­ment une signi­­fi­­ca­­tion cultu­­relle – et elles possèdent, pour des phéno­­mènes typique­­ment mentaux et intimes, une histoire sociale très bien défi­­nie.

La signi­­fi­­ca­­tion qui leur est confé­­rée varie en fonc­­tion des cultures : pour beau­­coup, leur appa­­rence fami­­lière n’est pas vue comme une preuve de leur origine neuro­­lo­­gique, mais plutôt de leur exis­­tence indé­­pen­­dante dans un monde trans­­per­­son­­nel ou dans le monde des esprits.

ulyces-sanehallu-02
Alice Liddell par Lewis Carroll

Ce phéno­­mène semble être récur­rent à travers l’His­­toire : l’exemple le plus ancien, fréquem­­ment cité dans la litté­­ra­­ture, est celui des « petits étran­­gers » qui appa­­rurent à saint Macaire d’Alexan­­drie durant sa retraite dans le désert, vers l’an 350, et sont, suivant les cultures, sujets à diffé­­rentes inter­­­pré­­ta­­tions : en Irlande, ces person­­nages pour­­raient être consi­­dé­­rés comme des lepre­­chauns, en Norvège comme des trolls, et ainsi de suite. Ces arché­­types reposent-ils sur un univers mental intime et pour­­tant univer­­sel ? Si tel est le cas, on pour­­rait tenter d’éta­­blir le lien impos­­sible entre nature et culture en suggé­­rant que ces arché­­types ont une origine neuro­­lo­­gique mais que leurs inter­­­pré­­ta­­tions évoluent suivant les époques : les fées d’au­­tre­­fois sont aujourd’­­hui deve­­nues des extra­­­ter­­restres.

Dans les cultures occi­­den­­tales, ces enti­­tés folk­­lo­­riques se sont muées en figures cultu­­relles et litté­­raires, avant d’être adop­­tées comme appel­­la­­tions médi­­cales. Parmi les nombreux termes utili­­sés pour quali­­fier la vision de petits person­­nages, on trouve « vision lilli­­pu­­tienne », ou encore « syndrome d’Alice au pays des merveilles ». Certains ont natu­­rel­­le­­ment suggéré que Jona­­than Swift en aurait fait l’ex­­pé­­rience, étant atteint de démence lors des dernières années de sa vie, et que Charles Dogson, alias Lewis Carroll, aurait tiré les distor­­sions d’échelles d’Alice des récits de chamans sibé­­riens ingé­­rant des cham­­pi­­gnons, rela­­tés dans l’ou­­vrage sur les drogues de Morde­­cai Cooke, The Seven Sisters of Sleep (« Les Sept sœurs du sommeil »), paru en 1860.

Leurs mani­­fes­­ta­­tions habi­­tuelles au sein de notre culture, allant des tradi­­tion­­nels ronds de sorcières aux tumu­­lus magiques, en passant par les repré­­sen­­ta­­tions litté­­raires comme le Marché gobe­­lin de Chris­­tina Rosetti, sont porteuses d’un message : ces enti­­tés sont atti­­rantes mais égale­­ment mali­­cieuses et trom­­peuses. Ceux à qui elles appa­­raissent doivent prendre garde à leurs ruses et à ne pas être attiré en des lieux magiques se trans­­for­­mant en pièges mortels. Ce consen­­sus signi­­fie-t-il que ces enti­­tés – djinns, esprits ou elfes – existent réel­­le­­ment, ou qu’ils habitent un lieu situé aux fron­­tières de notre conscience collec­­tive ? Ou nous aver­­tit-il de la futi­­lité d’une recherche de sens ou de profit à tirer de telles appa­­ri­­tions ?

Les rêveurs éveillés

Si les hallu­­ci­­na­­tions sont sujettes aux influences cultu­­relles, la plus impor­­tante d’entre elles, pour l’époque moderne, vient sûre­­ment du mot lui-même. Le terme « hallu­­ci­­na­­tion » ne fut inventé qu’as­­sez récem­­ment, en 1817, par l’alié­­niste français Jean-Étienne Domi­­nique Esqui­­rol.

Les moti­­va­­tions affi­­chées par Esqui­­rol étaient plutôt modestes. Il souhai­­tait créer une caté­­go­­rie unique pour tous les troubles senso­­riels : les termes anté­­rieurs, tels que « vision », « appa­­ri­­tion » ou « illu­­sion spec­­trale », étaient tous orien­­tés vers le visuel, et il avait besoin d’un terme qui puisse s’ap­­pliquer indif­­fé­­rem­­ment aux patients qui enten­­daient des voix ou qui avaient l’im­­pres­­sion de d’avoir des insectes sous la peau. Il voulait égale­­ment pouvoir reflé­­ter ce qu’il consi­­dé­­rait comme une distinc­­tion fonda­­men­­tale entre percep­­tions erro­­nées, qu’il appe­­lait « illu­­sions », et percep­­tions construites de toutes pièces par l’es­­prit. Inter­­pré­­ter une ombre fugace comme étant une personne ou entendre des voix au milieu d’un flot de gargouillis sont des « illu­­sions » ; mais « si un homme a la convic­­tion intime de réel­­le­­ment perce­­voir une sensa­­tion qui ne répond à la présence d’au­­cun objet externe, il est alors dans un état d’hal­­lu­­ci­­na­­tion, il est vision­­naire ». Les hallu­­ci­­na­­tions, tout comme les rêves, sont indé­­pen­­dantes des sens : ceux qui en font l’ex­­pé­­rience pour­­raient être décrits comme « rêvant éveillés ».

ulyces-sanehallu-03-2
Jean-Étienne Domi­­nique Esqui­­rol

La descrip­­tion qu’Esqui­­rol donne d’un hallu­­ciné comme étant « vision­­naire » peut sembler étrange aux oreille d’un audi­­toire moderne, préci­­sé­­ment parce que sa nouvelle appel­­la­­tion a profon­­dé­­ment trans­­formé le sujet en ques­­tion. Les percep­­tions senso­­rielles internes (pour utili­­ser un terme neutre, même si celui-ci ne permet pas la distinc­­tion entre hallu­­ci­­na­­tions et rêves) ont péné­­tré le domaine public tout au long de l’his­­toire, souvent en tant que source d’in­­for­­ma­­tions fiable : qu’il s’agisse d’oracles, de la voix de nos ancêtres ou même celle de Dieu. Le mot qu’a rema­­nié Esqui­­rol, aluci­­nari, expri­­mait l’idée d’une errance mentale, d’une âme en dérive : Dante, en parti­­cu­­lier, l’a utilisé pour décrire les effets du chant des sirènes sur Ulysse. Mais à partir de 1830, le mot « hallu­­ci­­na­­tion » commença à entrer dans le langage clinique puis dans le langage courant, et le domaine médi­­cal entre­­prit de reven­­diquer les terres limi­­trophes de l’ « âme » et de l’ « esprit ». Les ambi­­guï­­tés conte­­nues dans des termes tels que « vision­­naire » se virent obli­­té­­rées par l’idée sous-jacente que les hallu­­ci­­na­­tions n’étaient pas des messages de l’au-delà mais des erreurs dans le fonc­­tion­­ne­­ment céré­­bral. De la sorte, elles devinrent par défi­­ni­­tion patho­­lo­­giques, et de plus en plus consi­­dé­­rées comme un symp­­tôme de démence.

Au milieu du XIXe siècle, les débats de la psychia­­trie française tour­­naient autour de ces hypo­­thèses. Les hallu­­ci­­na­­tions étaient-elles un dysfonc­­tion­­ne­­ment des organes senso­­riels ou, comme le soute­­nait Esqui­­rol, un phéno­­mène « central » du cerveau lui-même ? Ces ques­­tion­­ne­­ments furent testés empi­­rique­­ment par Jacques-Joseph Moreau de Tours, protégé d’Esqui­­rol qui, en compa­­gnie de Théo­­phile Gautier, de Gérard de Nerval et de Charles Beau­­de­­laire, se livrait au sein d’un club litté­­raire à la consom­­ma­­tion de grandes quan­­ti­­tés  de haschisch. Il conclut que même lorsque les effets attei­­gnaient leur pic, le haschisch ne produi­­sait que des illu­­sions issues d’une distor­­sion senso­­rielle, mais pas de « véri­­tables hallu­­ci­­na­­tions », construites de toutes pièces par l’es­­prit.

« L’hal­­lu­­ci­­na­­tion », écri­­vait-il en 1845, « est le symp­­tôme le plus fréquent à la base du délire, de la mala­­die mentale et de la folie. » Le méde­­cin et théo­­ri­­cien des rêves Alfred Maury suppo­­sait qu’il exis­­tait une corré­­la­­tion directe entre les hallu­­ci­­nés et les déments : « Car que sont ces derniers, si ce n’est des esprits qui croient en leurs hallu­­ci­­na­­tions comme si elles étaient réelles ? »

Alors que les expé­­riences vision­­naires faisaient leur entrée dans le milieu médi­­cal, elles deve­­naient en revanche moins fréquentes dans la vie de tous les jours. La « méde­­cine rétros­­pec­­tive », terme inventé en 1869 par le méde­­cin et philo­­sophe posi­­ti­­viste Emile Littré, s’in­­té­­ressa à Moïse, Socrate et Maho­­met, et les diagnos­­tiqua comme épilep­­tiques, hysté­­riques ou encore para­­noïaques. Après être deve­­nues des marques de démence, les expé­­riences internes anor­­males n’étaient plus parta­­gées avec n’im­­porte qui. Les cas étranges de douleurs ressen­­ties dans des membres ampu­­tés par exemple, n’étaient que très peu connus jusqu’à ce que Descartes en fît la descrip­­tion dans son ouvrage Médi­­ta­­tions. Et avant que le neuro­­logue améri­­cain Silas Weir Mitchell ne pût faire sa première descrip­­tion clinique complète du syndrome du « membre fantôme » en 1872, il dut pendant de nombreuses années essayer d’ob­­te­­nir subti­­le­­ment les anté­­cé­­dents médi­­caux de soldats inva­­lides qui avaient gardés pour eux les sensa­­tions étranges qu’ils éprou­­vaient, par peur d’être envoyés à l’asile.

Qu’en était-il vrai­­ment de ces cas d’hal­­lu­­ci­­na­­tion collec­­tive ? Coïn­­ci­­dence, télé­­pa­­thie ou inter­­­ven­­tion surna­­tu­­relle ?

C’est dans ce contexte que la Society of Psychi­­cal Research (Société de recherche psychique, SPR) lança en 1889 un « Recen­­se­­ment inter­­­na­­tio­­nal des hallu­­ci­­na­­tions chez le sain d’es­­prit éveillé ». Durant les premières décen­­nies du XIXsiècle, des méde­­cins et philo­­sophes anglais avaient amassé de nombreux comptes-rendus frap­­pant à propos d’ « appa­­ri­­tions » et d’ « illu­­sions spec­­trales », et ils se dispu­­taient quant à savoir s’il s’agis­­sait de fantômes, de dérè­­gle­­ments senso­­riels ou de démence. Durant la seconde moitié du siècle, le terme « hallu­­ci­­na­­tion » apporta avec lui une approche nette­­ment plus clinique et mora­­li­­sa­­trice. Dans son livre Hallu­­ci­­na­­tions des sens (1878), Henry Maud­s­ley diagnos­­tiquait chez Jeanne d’Arc une manie reli­­gieuse et carac­­té­­ri­­sait de tels épisodes vision­­naires comme des « notes discor­­dantes au sein de la grande harmo­­nie » de la nature humaine, et conseillait au lecteur de s’en « prému­­nir » par un « entre­­tien prudent du corps et une culture judi­­cieuse de l’es­­prit ».

Le président de la SPR était Henry Sidg­­wick, profes­­seur de philo­­so­­phie à Cambridge. Il présenta les objec­­tifs et les résul­­tats du recen­­se­­ment dans une série de discours qui visaient à disso­­cier les hallu­­ci­­na­­tions de la démence, mais le mot lui-même lui posa des problèmes. Il recon­­nais­­sait qu’il impliquait au mieux une « croyance erro­­née et illu­­soire », au pire des visions « complè­­te­­ment fausses et morbides ». Il voulait, en partie pour les même raisons qu’Esqui­­rol, inclure aux visions les cas de personnes enten­­dant des voix et éprou­­vant des sensa­­tions tactiles de sources invi­­sibles. L’un de ses autres leit­­mo­­tivs était d’évi­­ter tout terme qui implique­­rait des croyances surna­­tu­­relles, de sorte que les scep­­tiques seraient exclus du panel du recen­­se­­ment. Sa formu­­la­­tion défi­­ni­­tive contour­­nait le problème en cher­­chant à s’enqué­­rir si les sujets avaient déjà fait l’ex­­pé­­rience « d’une impres­­sion saisis­­sante de voir ou d’être touché par un être vivant ou un objet inanimé, ou d’en­­tendre une voix, sans que cette impres­­sion, d’après leur juge­­ment, ne provienne d’une source physique externe ». Le terme « hallu­­ci­­na­­tion », cepen­­dant, était inclus dans les « Instruc­­tions aux Recen­­seurs » au dos du formu­­laire, et décrit comme étant « dans beau­­coup de cas… le seul terme appro­­prié. »

Le formu­­laire de recen­­se­­ment fut distri­­bué parmi les 700 membres du réseau de la SPR et espé­­rait inter­­­ro­­ger 35 000 personnes. Au final, seules 6 481 personnes furent inter­­­ro­­gées, dont 727 répon­­dirent posi­­ti­­ve­­ment à la ques­­tion, ce qui suggé­­rait que ces « impres­­sions saisis­­santes » étaient connues d’en­­vi­­ron 11 % de la popu­­la­­tion saine d’es­­prit. Mais qu’est-ce que cela signi­­fiait-il ? Malgré le soin pris par Sidg­­wick pour ne pas écar­­ter les spiri­­tua­­listes et les maté­­ria­­listes, il était beau­­coup plus proche des premiers : ses travaux univer­­si­­taires et publics cher­­chaient à récon­­ci­­lier science, reli­­gion et éthique, et affir­­mait que l’ordre moral ne pouvait exis­­ter seule­­ment si une part de la person­­na­­lité humaine survi­­vait à la mort corpo­­relle. Le recen­­se­­ment faisait partie d’un programme de recherche d’en­­ver­­gure sur la télé­­pa­­thie et le trans­­fert de pensée, et l’in­­té­­rêt majeur de Sidg­­wick pour les données collec­­tées était à son sens d’ap­­por­­ter une preuve évoca­­trice tant de l’exis­­tence de ces pouvoirs que de la vie après la mort. Le premier cas auquel il fait réfé­­rence est celui d’une « silhouette aux cheveux dorés vêtue d’une robe marron avec un col à larges dentelles » aperçue par trois personnes à trois moments diffé­­rents. Ces cas d’ « hallu­­ci­­na­­tion collec­­tive », qui l’en­­thou­­sias­­maient au plus haut point, étaient ensuite décor­­tiqués à la recherche d’une expli­­ca­­tion logique. Coïn­­ci­­dence, télé­­pa­­thie ou inter­­­ven­­tion surna­­tu­­relle ?

ulyces-sanehallu-05

Sidg­­wick disso­­cia les hallu­­ci­­na­­tions de la patho­­lo­­gie et de la démence, mais il les consi­­dé­­rait toujours comme preuve de l’exis­­tence de quelque chose, plutôt que comme des phéno­­mènes ayant un sens à part entière. Cette posi­­tion est clai­­re­­ment celle de la plupart des personnes inter­­­ro­­gées : leurs « impres­­sions saisis­­santes » sont presque toujours celles de personnes ou de formes vague­­ment humaines, géné­­ra­­le­­ment de proches décé­­dés ou de mysté­­rieuses silhouettes noires, qui se maté­­ria­­lisent et dispa­­raissent comme relaté dans les histoires de fantômes de l’époque. À défaut de réelles décou­­vertes, ce recen­­se­­ment révèle néan­­moins que le petit monde des hallu­­ci­­na­­tions peut être daté histo­­rique­­ment aussi aisé­­ment que la mode ou la litté­­ra­­ture.

Le projet de la SPR est fasci­­nant à de nombreux égards (en tant que précur­­seur de l’étude des popu­­la­­tions à grande échelle ou en tant qu’esquisse spec­­trale de la psyché victo­­rienne), mais il n’en ressor­­tit aucun pano­­rama, ni même d’aperçu convain­­cant de la réalité que les membres du projet espé­­raient faire entrer dans un cadre scien­­ti­­fique. Les hallu­­ci­­na­­tions ne sont peut-être pas des signes de démence, mais elles ne parvinrent pas à être défi­­nies comme porteuses d’un message clair ou comme preuve de l’exis­­tence d’un monde dont elles seraient la porte d’en­­trée.

L’illu­­sion du réel

Au cours du XXe siècle, les hallu­­ci­­na­­tions sont rentrées dans le cadre d’une science médi­­cale (du moins suite aux travaux sur l’hyp­­nose de Pierre Janet et Sigmund Freud) qui s’in­­té­­res­­sait moins à ce qu’elles conte­­naient qu’aux méca­­nismes biolo­­giques sous-jacents. On supposa long­­temps l’exis­­tence de tels méca­­nismes, qu’on avait aperçus occa­­sion­­nel­­le­­ment. Lors d’une prome­­nade en ville, un jour de 1758, Charles Lullin s’était arrêté pour regar­­der un écha­­fau­­dage géant. En rentrant chez lui, il le retrouva dans son salon sous forme minia­­ture. Cela l’in­­cita à expé­­ri­­men­­ter avec le carré bleu qui ondu­­lait parfois dans son champ de vision : il s’est rendu compte que s’il l’aper­­ce­­vait près d’une fontaine au loin, le carré était de la taille d’une couver­­ture, mais quand il se concen­­trait sur des objets plus proches, le carré rétré­­cis­­sait à la taille d’une mouchoir.

ulyces-sanehallu-05
Les Voyages de Gulli­­ver

Des études plus récentes ont suggéré que la vision lilli­­pu­­tienne (ou « microp­­sie ») pour­­rait être liée à un trouble de la zone de « constance percep­­tive » du cortex asso­­cia­­tif visuel, qui nous permet de recon­­naître auto­­ma­­tique­­ment qu’un objet ne rétré­­cie pas réel­­le­­ment malgré la dimi­­nu­­tion de sa taille dans notre champ de vision. Les plus grands cher­­cheurs du domaine commencent à démê­­ler petit à petit les diffé­­rentes régions du cerveau et les voies neuro­­chi­­miques qui entrent en jeu, et à asso­­cier des formes visuelles parti­­cu­­lières avec chaque. Les travaux de Domi­­nic Ffytche, pour ne citer que lui, suggèrent égale­­ment que le syndrome de Charles Bonnet est une chimère : son iden­­ti­­fi­­ca­­tion en 1936, a brouillé les fron­­tières entre mala­­die oculaire et démence, mais il semble aujourd’­­hui se divi­­ser en deux ou plusieurs affec­­tions distinctes. Et à mesure que ces méca­­nismes profonds sont dévoi­­lés, certaines ques­­tions commencent à se poser : Le terme « hallu­­ci­­na­­tion » défi­­nit-il une caté­­go­­rie réel­­le­­ment signi­­fi­­ca­­tive ou simple­­ment un ensemble de symp­­tômes mal compris dont les causes varient de la dégé­­né­­ra­­tion macu­­laire, au prélude d’une crise d’épi­­lep­­sie, aux effets de sevrage de l’al­­cool ou encore aux voix enten­­dues lorsque nous sombrons dans le sommeil ? Si un examen appro­­fondi semble dissoudre la caté­­go­­rie, le pouvoir idéo­­lo­­gique de l’ap­­pel­­la­­tion reste néan­­moins intact. La défi­­ni­­tion d’ « hallu­­ci­­na­­tion » que l’on trouve dans le Manuel diagnos­­tique et statis­­tique des troubles mentaux de l’As­­so­­cia­­tion améri­­caine de psychia­­trie est toujours celle d’Esqui­­rol : « Une percep­­tion senso­­rielle qui procure la même sensa­­tion immé­­diate de réalité qu’une percep­­tion réelle, mais en l’ab­­sence de stimu­­la­­tion externe de l’or­­gane senso­­riel inté­­ressé. » Il est impos­­sible, dans le cadre de cette défi­­ni­­tion, d’étu­­dier si les percep­­tions intimes peuvent être consi­­dé­­rées comme réelles et, de plus, les homo­­logues de la SPR, au XXe siècle, travaillaient à la limite de la science. Parmi les plus célèbres d’entre eux, on retrouve des expé­­ri­­men­­ta­­teurs de drogues tel que le neuro­­logue rené­­gat John Lilly, qui préco­­ni­­sait un modèle de l’es­­prit à 11 niveaux pour expliquer comment ses expé­­riences avec du LSD à l’in­­té­­rieur d’un cais­­son d’iso­­la­­tion senso­­rielle l’au­­raient fait péné­­trer dans un ordi­­na­­teur cosmique ; ou encore Terrence McKenna, dont les révé­­la­­tions induites par de la DMT ou des cham­­pi­­gnons (décrites, entre autres, dans son livre True Hallu­­ci­­na­­tions, paru en 1993) étaient habi­­tées par des êtres lilli­­pu­­tiens qu’il décri­­vait comme des « elfes biomé­­ca­­niques ». Les elfes de McKenna (ou gnomes, comme il les appe­­lait parfois) sont deve­­nus le symbole des petits person­­nages rencon­­trés au travers d’hal­­lu­­ci­­na­­tions chimique­­ment induites et le centre des débats quant à leur signi­­fi­­ca­­tion et leur statut onto­­lo­­gique. McKenna soute­­nait qu’ils étaient « trans­­hu­­mains,  hyper­­­di­­men­­sion­­nels et parti­­cu­­liè­­re­­ment étranges » et qu’ils étaient porteur d’un message vital pour l’hu­­ma­­nité.

Cepen­­dant, tout comme pour la SPR, on se souvient plus volon­­tiers des messa­­gers que du contenu du message lui-même. Les elfes de McKenna le lais­­saient stupé­­fait tout en insis­­tant pour qu’il reste ration­­nel (« Ne cède pas à l’éton­­ne­­ment ! Concentre-toi sur ce que nous faisons ! »), mais la révé­­la­­tion la plus cohé­­rente qu’il est parvenu à en extraire était « qu’un événe­­ment majeur qui alté­­re­­rait la réalité » devait avoir lieu le 21 décembre 2012. McKenna recon­­nais­­sait que ses elfes appar­­te­­naient à l’ar­­ché­­type des petits êtres farceurs, mais il avait en revanche beau­­coup plus de mal à admettre que de telles enti­­tés puissent être fréquem­­ment géné­­rées par des stimuli aussi banals que les migraines ou les médi­­ca­­ments anti­­par­­kin­­so­­niens. Pour lui, ils repré­­sen­­taient l’autre, de toute évidence au-delà de tout ce que l’es­­prit humain pouvait produire de lui-même ; leur irré­­duc­­tible singu­­la­­rité était une preuve de leur carac­­tère trans­­hu­­main. Pour­­tant, ils partagent des points communs évidents avec les visions induites par des causes moins exotiques et qui pour­­raient effec­­ti­­ve­­ment servir de preuve quant à leur signi­­fi­­ca­­tion. ulyces-sanehallu-06-2Les « hallu­­ci­­na­­tions lilli­­pu­­tiennes » ont tendance à faire abstrac­­tion complète du monde réel, marchant et grim­­pant autour de l’ob­­ser­­va­­teur sans prêter atten­­tion à ses tenta­­tives de commu­­ni­­ca­­tion avec eux. La nature mali­­cieuse et mysté­­rieuse des enti­­tés rencon­­trées sous l’em­­pire de drogues psyché­­dé­­liques reflète peut-être la tension exis­­tant entre deux aspects de cette expé­­rience : d’un côté, une sensa­­tion irré­­sis­­tible d’im­­ma­­nence et de révé­­la­­tion cosmique, de l’autre, une scène impé­­né­­trable qui se déroule sans prêter atten­­tion à la conscience qui en est la source. Selon cette inter­­­pré­­ta­­tion, les message porté par les elfes pour­­rait être en effet lourd de sens : le fait que ces visions ne soient que le fruit de notre esprit ne signi­­fie pas dire qu’elles ne concernent que nous. Les hallu­­ci­­na­­tions induites par les drogues peuvent bien sûr être prises au sérieux sans pour autant être prises au pied de la lettre. Les expé­­riences d’Oli­­ver Sacks, rela­­tées dans son récent ouvrage sur les hallu­­ci­­na­­tions, en offrent un bel exemple. Parti­­san de la distinc­­tion que Moreau de Tours faisait avec le haschisch, Sacks ne fait que mention­­ner, sans décrire, son expé­­rience avec les fameuses drogues psyché­­dé­­liques que sont le LSD et la mesca­­line qui, d’ailleurs, rentre­­raient plutôt dans la caté­­go­­rie des « illu­­so­­gènes » que dans celle des hallu­­ci­­no­­gènes. Au lieu de cela, il se concentre plutôt sur les hallu­­ci­­no­­gènes déli­­rants tels qu’une large dose d’Ar­­tane, un médi­­ca­­ment anti­­par­­kin­­so­­nien issu du milieu profane de la phar­­ma­­cie et dépourvu de l’aura mystique des cham­­pi­­gnons ou de la DMT. Il ne reven­­dique pas ses comptes-rendus comme étant objec­­ti­­ve­­ment véri­­dique, mais il ne tombe pas non plus dans une simple descrip­­tion de symp­­tômes de troubles neuro­­lo­­giques. Les récits de Sacks sont racon­­tés fran­­che­­ment et possèdent la clarté et la vrai­­sem­­blance de la réalité : lorsqu’il aperçoit et entend ses parents descendre dans son jardin en héli­­co­­ptère, il n’éprouve que surprise et joie immense ; lorsqu’ils dispa­­raissent brusque­­ment, « le silence et le vide, la décep­­tion, me font fondre en larmes ».

De telles expé­­riences ne sont peut-être que des débris neuro­­lo­­giques épars, mais on ne peut pas se conten­­ter de les igno­­rer : elles doivent être trai­­tées comme si elle étaient bien réelles, tout comme les personnes atteintes du syndrome de Charles Bonnet ou de la mala­­die de Parkin­­son apprennent à vivre avec la présence conti­­nuelle et fina­­le­­ment banale de leurs minus­­cules compa­­gnons. Elles ne sont ni une preuve de démence ni une preuve de l’exis­­tence d’un monde paral­­lèle : tout le défi consiste à les inté­­grer au reste de notre univers mental. En défi­­ni­­tive, ce que les hallu­­ci­­na­­tions ont à nous dire est peut-être que nos méca­­niques senso­­rielles internes ne sont qu’un carna­­val chao­­tique alimenté par un moteur à la puis­­sance de trai­­te­­ment inima­­gi­­nable, et dont l’illu­­sion la plus spec­­ta­­cu­­laire est la réalité elle-même. ulyces-sanehallu-07


Traduit de l’an­­glais par Florent Bahuaud d’après l’ar­­ticle « Drea­­ming While Awake: A history of sane hallu­­ci­­na­­tions ». Couver­­ture : La forêt Shira­­tani Unsui. Créa­­tion graphique par Ulyces.

Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load WordP­ress Themes
Free Down­load WordP­ress Themes
down­load udemy paid course for free
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy paid course

PLUS DE SCIENCE