fbpx

À Chicago, les riches vivent en moyenne 30 ans de plus que les pauvres

par   Servan Le Janne   | 24 juin 2019
Crédits : Chicago Tribune

Quelques arrêts de métro et 30 ans d’es­pé­rance de vie séparent les habi­tants de Stree­ter­ville de ceux d’En­gle­wood. D’après un rapport rendu début juin par la New York Univer­sity School of Medi­cine, les inéga­li­tés entre ces quar­tiers de Chicago sont si grandes qu’on vit en moyenne trois décen­nies de plus dans le premier.

Alors que les rues à majo­rité blanche de Stree­ter­ville sont pleines de nona­gé­naires, les Afro-Améri­cains qui occupent la plupart des loge­ments d’En­gle­wood ne peuvent guère espé­rer dépas­ser la soixan­taine. À un côté de la ville les hôpi­taux, à l’autre les faits divers résume le Chicago Tribune, qui dénom­bré 4 800 fusillades là où les reve­nus sont les plus faibles.

Crédits : Simone Oren­dain/VOA

« Il est de plus en plus admis que votre santé dépend davan­tage de votre code postal que de votre code géné­tique », indique Marc Goure­vitch, un des auteurs de l’étude. « Votre code postal ne devrait pas déter­mi­ner si vous pour­rez connaître vos petits-enfants. À certains égards, c’est pour­tant ce que je vois dans ces données. C’est choquant. »

Affecté par l’épi­dé­mie de crack des années 1980, Engle­wood connaît heureu­se­ment une baisse du nombre de violences, grâce à la vigueur du milieu asso­cia­tif. Mais un gouffre le sépare encore de Stree­ter­ville.

Source : Chicago Tribune

Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde