fbpx

Aragog : un cock­tail mexi­cain au venin de taren­tule inspiré d’Harry Potter

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 19 mai 2017

Avada Keda­vra ! Non, ce cock­tail mexi­cain ne vous tuera pas, mais il vous lais­sera des séquelles. Car il est préparé à base de venin de taren­tules. Et d’après Info­bae, un quoti­dien local, cette fameuse mixture a été bapti­sée Aragog, en l’hon­neur de la célèbre arai­gnée géante de la saga Harry Potter. C’est Romeo Palo­mares, un mixo­logue du bar Luci­fe­rina à Mexico, qui est à l’ori­gine de l’Aragog. Il a été mandaté par son boss il y a deux ans pour concoc­ter un cock­tail unique pour la fête natio­nale du Jour des morts. Pour trou­ver l’ins­pi­ra­tion, l’homme s’est rendu sur un marché local. Un commerçant lui a suggéré d’es­sayer un ingré­dient spécial : le venin de taren­tule. Un goût salé d’huître s’est déposé sur sa langue et quelques temps plus tard, sa bouche s’est para­ly­sée et a commencé à four­miller à cause du venin. Que faire après ça ? Créer un nouveau cock­tail à base de cet ingré­dient, c’était l’évi­dence pour lui. Au programme, du mezcal mexi­cain, de pisco chilien, de la cachaça brési­lienne, du jus de mangue avec une pointe de citron ainsi que 0,05 % de venin pour 500 ml de bois­son. Après quelques heures, les effets sont puis­sants. Passée la sensa­tion de para­ly­sie dans leur bouche, les buveurs sont pris de légères irri­ta­tions au fond de la gorge couplées à une impor­tante sali­va­tion. Peuvent surve­nir une légère para­ly­sie du visage et des paupières lourdes par la suite. La plupart des consom­ma­teurs rapportent qu’il est néces­saire de manger quelque chose direc­te­ment après avoir ingéré le cock­tail. Malgré ces effets, qui semblent plutôt désa­gréables, Palo­mares estime que la bois­son est vendue plus de 200 fois chaque soir. Le mixo­logue a tout de même, au préa­lable, consulté un méde­cin pour savoir s’il y avait une quel­conque dange­ro­sité. Appa­rem­ment non. Appa­rem­ment. Crédits: info­bae Source : info­bae