fbpx

Ce rappeur aurait pros­ti­tué sa compagne pour finan­cer son album

par   Adrien Gingold   | 5 mars 2020

Le rappeur québé­cois Oma est accusé de proxé­né­tisme. Afin de finan­cer son album, il aurait forcé ses deux anciennes compagnes à vendre leur corps, écrit TVA Nouvelles mercredi 4 mars. Il est actuel­le­ment empri­sonné dans l’at­tente de son procès.

Arrêté à Saint-Jean-sur-Riche­lieu en janvier 2020, l’homme de 38 ans est accusé entre autres de proxé­né­tisme, de publi­cité pour des services sexuels, de traite de personnes, de menaces de mort, d’agres­sion sexuelle et d’agres­sion armée.

Cette histoire sordide a commencé en avril 2019. Vladi­mir Ores­til, alias Oma, a rencon­tré une femme de 24 ans qui sortait d’une rela­tion diffi­cile. Après des débuts roman­tiques, il a petit à petit changé d’at­ti­tude jusqu’à l’in­ci­ter à se pros­ti­tuer. Sa compagne aurait rencon­tré entre 10 et 20 clients par jour pour des profits hebdo­ma­daires d’en­vi­ron 2 000 à 3 000 dollars. Elle se serait aussi fait tatouer le nom de son proxé­nète. 

Alors qu’il souhai­tait finan­cer son album, Ores­til se serait mis à conser­ver l’en­tiè­reté des reve­nus. Il les aurait utili­sés notam­ment pour sa consom­ma­tion de drogue, qui coûte de son propre aveu envi­ron 60 000 dollars par an. En creu­sant un peu, les poli­ciers ont décou­vert que ce ne serait pas la première fois qu’O­res­til aurait agi de la sorte : en 2012, il aurait fait subir le même calvaire à une autre jeune femme de 19 ans sans domi­cile fixe et enceinte lors de leur rencontre.

Quali­fiant l’ac­cusé de « contrô­lant, exigeant et tyran­nique », le juge Paul Cheva­lier a souhaité qu’il demeure en prison dans l’at­tente de son procès.   

Source : TVA Nouvelles

Download Best WordPress Themes Free Download
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
download udemy paid course for free

Plus de monde