fbpx

Ce sable vert pour­rait captu­rer des milliards de tonnes de CO2

par   Denis Hadzovic   | 9 juillet 2020

Pour lutter contre le réchauf­fe­ment clima­tique, l’ONG Project Vesta propose de répandre de l’oli­vine sur les plages. D’après elle, la présence de ce miné­ral trans­formé en sable vert sur 2 % des côtes les plus polluées du globe aurait le pouvoir de captu­rer toutes les émis­sions humaines annuelles de CO2, rappor­tait la MIT Tech­no­logy Review lundi 22 juin.

Ce miné­ral du groupe des sili­cates peut être trouvé en grande quan­tité à certains endroits volca­niques de la planète, comme sur l’île de la Réunion. Dans le cadre du Project Vesta, il doit être trans­formé en poudre par l’ac­tion des vagues, ce qui entraî­ne­rait une série de réac­tions chimiques de nature à empê­cher l’émis­sion de CO2 dans l’air, en l’em­pri­son­nant dans les sque­lettes de mollusques et de coraux.

Le projet cherche à exploi­ter un proces­sus qui opère déjà natu­rel­le­ment : le dioxyde de carbone (CO2) contenu dans les pluies dissout des roches et des miné­raux comme l’oli­vine. Cela produit du bicar­bo­nate et des ions calcium, qui sont digé­rés par des orga­nismes marins et ainsi conver­tis en carbo­nate de calcium. C’est comme ça que se forment leurs coquilles et leurs sque­lettes.

Alors que la réac­tion libère de l’hy­dro­gène et de l’oxy­gène, les coraux et les mollusques se déposent dans les fonds marins à leur mort et le dioxyde de carbone y reste ainsi empri­sonné des millions d’an­nées, avant d’être relâ­ché par l’ac­ti­vité volca­nique.

Crédits : Project Vesta

L’oli­vine doit accé­lé­rer ce proces­sus : selon le Project Vesta, une tonne de sable vert pour­rait absor­ber jusqu’à 1,25 tonne de CO2. Même si on en trouve assez faci­le­ment, des obstacles restes à fran­chir : la trans­for­ma­tion de l’oli­vine en sable peut prendre de longues années et les scien­ti­fiques doivent étudier ses éven­tuels effets néfastes sur la dégra­da­tion sur certains écosys­tèmes.

Source : MIT Tech­no­logy Review

PLUS DE SCIENCE