Cet alcool synthé­tique garanti sans gueule de bois ni dommages pour le foie sera sur le marché dans 5 ans

par   Laura Boudoux   | 27 mars 2019

L’Al­ca­relle, un alcool synthé­tique qui rend ivre, mais empêche les lende­mains diffi­ciles, pour­rait être en vente dans 5 ans, d’après son inven­teur. Le profes­seur David Nutt a créé l’ « alco­synth », une molé­cule de rempla­ce­ment de l’al­cool, et compte bien révo­lu­tion­ner le rapport des gens à la consom­ma­tion d’al­cool, rapporte le Guar­dian. Avec l’al­co­synth, cet ancien conseiller du gouver­ne­ment en matière de drogue affirme pouvoir iden­ti­fier les récep­teurs GABA, qui provoquent la sensa­tion d’ivresse, tout en évitant l’ac­ti­va­tion des récep­teurs entraî­nant les effets secon­daires indé­si­rables tels que des maux de tête.

« Nous savons où se situent dans le cerveau les “bons” effets de l’al­cool, où se trouvent les “mauvais” effets, et quels récep­teurs en sont les média­teurs : les GABA, le gluta­mate et d’autres récep­teurs tels que la séro­to­nine et la dopa­mine », explique David Nutt. « Les effets de l’al­cool sont complexes, mais on peut cibler les parties précises du cerveau », assure le cher­cheur, qui a déjà consommé de l’Al­ca­relle.

Le scien­ti­fique affirme même que les consom­ma­teurs seront en mesure de doser leur degré d’ivresse, choi­sis­sant ainsi s’ils souhaitent être légè­re­ment enivrés ou très ivres. David Nutt se donne désor­mais 5 ans pour régle­men­ter la molé­cule, afin de la commer­cia­li­ser en tant qu’ad­di­tif, ou ingré­dient alimen­taire. Pour cela, il devra prou­ver que le produit « ne produit pas de toxi­cité comme l’al­cool » et « ne présente pas les effets pervers de l’al­cool ».

Source : The Guar­dian

Premium WordPress Themes Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
download udemy paid course for free

Plus de turfu