fbpx

De simples cordes pour­raient sauver les singes les plus mena­cés de la planète

par   Ulyces   | 16 octobre 2020

Avec une popu­la­tion réduite à 30 indi­vi­dus, les gibbons de Hainan, en Chine, sont l’es­pèce de primates la plus en danger d’ex­tinc­tion au monde. Une nouvelle étude parue dans Scien­ti­fic Reports affirme aujourd’­hui qu’un simple pont de cordes tendu entre deux forêts pour­rait permettre de sauver l’es­pèce, rappor­tait la BBC le 15 octobre.

Il y a donc de l’es­poir. Tandis qu’une poignée de gibbons demeurent sur île tropi­cale de Hainan, au sud de la Chine, les cher­cheur.se.s du jardin bota­nique Kadoo­rie et de la réserve natu­relle Bawan­gling de Hainan affirment que de simples cordes tendues entre deux sections de forêt pour­raient assu­rer la sauve­garde de ces merveilleux acro­bates.

Ravagé par la défo­res­ta­tion, leur habi­tat s’est réduit à peau de chagrin et les singes, qui se balancent d’arbre en arbre pour récol­ter les fruits dont ils raffolent, ont rapi­de­ment disparu avec lui. Alors qu’il ne subsiste qu’une tren­taine de ces gibbons à Hainan, le passage d’un typhon a menacé de préci­pi­ter leur dispa­ri­tion en dévas­tant une des deux sections de leur forêt.

Les cher­cheurs ont alors fait instal­ler un pont de cordes en hauteur pour que le groupe de gibbons se rende d’une section à l’autre pour trou­ver de la nour­ri­ture en abon­dance. Il a fallu 176 jours pour que les singes surmontent leur méfiance et empruntent le pont. « C’était un vrai soula­ge­ment de voir la famille de gibbons l’uti­li­ser », témoigne Bosco Pui Lok Chan, coau­teur de l’étude.

Une solu­tion à court terme qui ne change rien au fait que le futur des gibbons de Hainan est incer­tain. « Trou­ver des moyens de restau­rer les corri­dors fores­tiers natu­rels devrait être une prio­rité », insiste Chan, qui a lancé un projet de refo­res­ta­tion sous le pont, consti­tué d’arbres et plantes de la région à crois­sance rapide. « C’est la solu­tion la plus durable à long terme pour préser­ver les écosys­tèmes. »

Source : BBC

Plus de wild