fbpx

Des centaines de prison­niers brési­liens s’évadent par peur du confi­ne­ment

par   Valentin Trawicki   | 17 mars 2020

Des centaines de déte­nus se sont évadés de quatre prisons semi-ouvertes de l’État de São Paulo, dans le sud-est du Brésil. Leurs vacances de Pâques venaient d’être annu­lées, et leurs visites restreintes à cause de l’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus (Covid-19). Sur des vidéos consul­tées par le Guar­dian ce mardi 17 mars, on peut les voir fuir dans une rue près d’une prison côtière et enva­hir un terrain de foot­ball sur une plage.

Les émeutes et évasions ont eu lieu dans des prisons semi-ouvertes à Tremembé, Porto Feliz et dans une aile d’une prison de Mirandó­po­lis, dans l’État de São Paulo. Dans une vidéo, on peut voir quelque 400 prison­niers s’en­fuir à Monga­guá, sur la côte de São Paulo. Un site d’in­for­ma­tion local a rapporté que 40 d’entre eux avaient été rattra­pés par la patrouille.

À cause de la pandé­mie de coro­na­vi­rus, le dépar­te­ment péni­ten­tiaire de São Paulo a dû repor­ter les vacances de Pâques, une des cinq pauses annuelles pour les déte­nus en régime semi-ouvert qui travaillent dans la jour­née mais rentrent le soir. La police et les équipes anti-émeutes du person­nel péni­ten­tiaire ont repris le contrôle des quatre prisons et ont rattrapé 174 prison­niers, mais l’as­so­cia­tion de défense des droits humains Ponte estime que 1 500 personnes s’étaient évadées.

Ces événe­ments font écho aux émeutes qui ont lieu dans les prisons italiennes début mars. Au Brésil, les condi­tions insa­lubres des prisons rendent les déte­nus vulné­rables aux mala­dies. En 2017, un tiers d’entre eux, soit 234 000 personnes, n’avaient pas de poste de santé à dispo­si­tion et près de 9 000 prison­niers avaient plus de 60 ans.

Source : The Guar­dian

Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
free download udemy paid course

Plus d'epic