fbpx

Des scien­ti­fiques ont listé tous les endroits de l’uni­vers où pour­raient se cacher les extra­ter­restres

par   Denis Hadzovic   | 24 juin 2020

Les scien­ti­fiques du projet Break­through Listen, qui vise à détec­ter une vie extra­ter­restre intel­li­gente, ont réper­to­rié tous les types d’objets célestes connus où une civi­li­sa­tion tech­no­lo­gique pour­rait se cacher, rappor­tait Gizmodo mardi 23 juin.

Le cata­logue Exotica est le résul­tat d’une décen­nie de recherches et de travaux réali­sés par les cher­cheurs du groupe Break­through Listen. On y retrouve pas moins de 700 endroits dans l’uni­vers où une vie intel­li­gente pour­rait se déve­lop­per, allant des asté­roïdes aux planètes, en passant par les pulsars et certaines étoiles.

Le but du cata­logue est d’ « étendre la diver­sité des cibles étudiées dans la Recherche d’une Intel­li­gence Extra­ter­restre (SETI) », déclare l’équipe scien­ti­fique auteur de l’étude. Il permet égale­ment aux étudiants ou autres cher­cheurs d’avoir une vue d’en­semble sur l’as­tro­no­mie et de s’in­té­res­ser à ses aspects les plus mysté­rieux.

Au total, les cher­cheurs ont iden­ti­fié 737 objets astro­no­miques diffé­rents suscep­tibles d’abri­ter une vie intel­li­gente. Certains sont très bien connus des astro­nomes, tandis que d’autres le sont beau­coup moins. Le cata­logue inclut égale­ment des objets tech­no­lo­giques créés par les humains, comme les sondes Voya­ger, des satel­lites et même la Tesla Road­ster d’Elon Musk.

Ce recueil a pu être entiè­re­ment rédigé grâce à la moti­va­tion sans faille des cher­cheurs, pous­sés par l’ex­ci­ta­tion d’en­fin trou­ver une civi­li­sa­tion tota­le­ment diffé­rente de l’hu­ma­nité. « Et s’ils étaient en réalité des machines, ou n’uti­li­saient pas d’eau, ou étaient faits de sili­cone ? » s’in­ter­roge Brian Lacki, l’au­teur prin­ci­pal de l’étude.

Face à l’im­men­sité et la richesse de l’univers, les cher­cheurs sont persua­dés qu’une vie intel­li­gente extra­ter­restre existe, pour l’ins­tant hors de notre portée. Les scien­ti­fiques du programme SETI ont désor­mais un docu­ment auquel ils peuvent se réfé­rer pour croi­ser leurs trou­vailles et guider leurs recherches, dans l’es­poir d’en­fin tomber sur quelqu’un.

Source : Gizmodo

PLUS DE SCIENCE