fbpx

En Angle­terre, un bébé parti­cipe à une étude sur le canna­bis médi­cal

par   Denis Hadzovic   | 28 mai 2020

Un nouveau-né anglais d’à peine deux mois est devenu le premier bébé au monde à parti­ci­per à une étude sur le canna­bis médi­cal, rappor­tait le Guar­dian mercredi 27 mai.

Oscar Parodi est né par césa­rienne le 11 mars dernier à l’hô­pi­tal univer­si­taire de Norfolk et Norwich (NNUH), en Angle­terre. Malheu­reu­se­ment, le nouveau-né a été diagnos­tiqué d’en­cé­pha­lo­pa­thie hypoxique-isché­mique néona­tale (EHI), une lésion céré­brale grave provoquant la dimi­nu­tion du débit sanguin et de l’oxy­gène vers le cerveau à la nais­sance.

Oscar a été trans­féré en unité de soins inten­sifs pendant trois jours. Il a été placé en hypo­ther­mie, une méthode de trai­te­ment où la tempé­ra­ture du corps de l’en­fant est volon­tai­re­ment abais­sée à envi­ron 34 °C pour réduire l’am­pleur des lésions céré­brales. Mais les néona­to­logues pensent que le canna­bis médi­cal pour­rait poten­tiel­le­ment mieux proté­ger les bébés de ces lésions.

De nombreuses études ont prouvé l’ef­fi­ca­cité du canna­bis comme trai­te­ment contre les crises d’épi­lep­sie chez les enfants. D’autres recherches en cours cherchent à prou­ver l’ef­fi­ca­cité du CBD dans la protec­tion du cerveau. Les scien­ti­fiques sont convain­cus du poten­tiel de leurs dernières études et ont proposé à l’hô­pi­tal de faire des recherches direc­te­ment sur les nouveaux-nés atteints d’EHI.

Crédits : Norfolk and Norwich Univer­sity Hospi­tal/PA

« C’était diffi­cile mais je voulais faire tout mon possible pour aider mon bébé », déclare Chel­sea Parodi, la maman d’Os­car, qui a accepté de faire partie de cette étude. Chaque bébé reçoit une dose de 0,1 milli­gramme par kilo­gramme d’huile de canna­bis mélan­gée à un contenu faible en THC. Après l’injec­tion, les nouveaux-nés reçoivent égale­ment le trai­te­ment par hypo­ther­mie durant toute l’étude.

Jusqu’ici, le petit Oscar a été « fantas­tique­ment bien » traité selon sa maman. « C’est la première fois qu’un dérivé de canna­bis médi­cal est testé par voie intra­vei­neuse sur des bébés humains », déclare Paul Clarke, profes­seur à l’hô­pi­tal univer­si­taire, qui semble satis­fait et convaincu du succès de son étude.

Source : The Guar­dian

Plus de weed