En Tanza­­­nie, ce chef de village s’est fait déca­­­pi­­­ter pour avoir proté­­gé des animaux contre des bracon­­­niers

par   Laura Boudoux   | 21 février 2019

Faus­tine Sanka est devenu la cible des bracon­niers après les avoir dénon­cés aux auto­ri­tés locales. Le diri­geant du village de Gije­da­bung, en Tanza­nie, luttait depuis quelque temps pour les empê­cher de tuer les animaux sauvages du parc natio­nal de Taran­gire, rapporte le quoti­dien The Citi­zen. Faus­tine Sanka a fina­le­ment été déca­pité le 14 février 2019. Le suspect présumé, Limito Lebangu, un ranger de la région, a été inter­pellé par la police.

« Des enquêtes préli­mi­naires ont révélé que Faus­tine Sanka faisait progres­ser la lutte contre le bracon­nage dans le parc natio­nal de Taran­gire. Afin de préve­nir le bracon­nage, il avait signalé aux gardes-chasses les acti­vi­tés de Limito Lebangu et de certains de ses collègues, et c’est pour cela qu’ils ont décidé de le tuer », a déclaré Agos­tino Senga, le respon­sable de l’enquête. 

Crédits : police de Manyara

D’après l’of­fi­cier, l’homme arrêté a reconnu avoir parti­cipé au meurtre du chef de village, avec au moins trois autres hommes, toujours recher­chés. Ils auraient assas­siné Faus­tine Sanka le soir du 14 février, alors qu’il se rendait en direc­tion du parc natio­nal de Taran­gire.

Sources : The Citi­zen

Free Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
download udemy paid course for free

Plus de wild