À Novi Sanzhary, dans l’est de l’Ukraine, des dizaines d’habitants ont attaqué un bus transportant des personnes évacuées de Chine. Selon les services de sécurité ukrainiens cités par la BBC ce vendredi 21 février, un faux e-mail du ministère de la Santé expliquait qu’ils étaient porteurs du coronavirus (Covid-19).

Jeudi 20 février, 45 Ukrainiens et 27 étrangers ont été rapatriés de Wuhan, l’épicentre de l’épidémie de coronavirus en Chine. Après avoir atterri à Kharkiv, près de la frontière russe, ils ont été conduits vers l’hôpital de Novi Sanzhary grâce à six bus. Mais à son entrée dans cette ville de près de 35 000 habitants, le convoi a été attaqué par des hommes munis de feux de joie et de pierres.

Нові Санжари зараз. Тривають сутички

Що зараз відбувається в Нових Санжарах, де мають розмістити на карантин евакуйованих з Китаю українців. Дивіться наживоТрансляцію веде Телеканал ZIK

Publiée par УНИАН sur Jeudi 20 février 2020

Pour calmer ces tensions, le Premier ministre Oleksiy Honcharuk, la ministre de la Santé Zoryana Skaletska et le ministre de l’Intérieur Arsen Avakov se sont rendus sur place. « Il ne s’agit pas de gens infectés, il s’agit de gens en bonne santé », a rassuré ce dernier. « Pour l’instant », a rétorqué un manifestant.

Après une confrontation tendue, la police et la garde nationale sont parvenues à évacuer la zone pour permettre aux individus rapatriés d’entrer à l’hôpital. Selon le ministère de la Santé, aucun n’a été affecté par le coronavirus. Trois Ukrainiens et un Kazakh sont au contraire restés en Chine car ils ressentaient de la fièvre.

Source : BBC