La Corée du Sud va provoquer des pluies arti­fi­cielles pour faire tomber la pollu­tion

par   Nicolas Prouillac   | 10 mars 2019
Crédits : Craig Nagy

L’air est bien souvent irres­pi­rable à Séoul, la capi­tale de Corée du Sud. Pour remé­dier au problème tenace de la pollu­tion, AP rappor­tait le 6 mars que le président coréen Moon Jae-in a décidé d’adop­ter une mesure radi­cale : faire tomber des pluies arti­fi­cielles sur la ville, dans le cadre d’un projet commun avec la Chine, afin de faire litté­ra­le­ment chuter la pollu­tion du ciel. Une tech­nique au sujet de laquelle la commu­nauté scien­ti­fique est parta­gée.

En théo­rie, l’en­se­men­ce­ment des nuages doit fonc­tion­ner : il s’agit d’ajou­ter certains produits chimiques aux nuages – de la neige carbo­nique, de l’io­dure d’argent et du chlo­rure de sodium – pour provoquer des pluies arti­fi­ciel­le­ment. Largués par avion, les aéro­sols engendrent la forma­tion de glace au sein des nuages afin que des gout­te­lettes commencent à tomber. La pluie ainsi obte­nue est censée agglo­mé­rer les parti­cules polluantes et les fait tomber au sol – sur la tête des passants.

En pratique, les scien­ti­fiques sont encore en train d’éva­luer l’ef­fi­ca­cité des précé­dents essais en Chine, lors des JO de Pékin, ainsi que les effets à long terme d’une telle pratique.

Si Séoul souhaite mener ce projet de concert avec la Chine, que le pays estime que son voisin n’est pas étran­ger à la récente montée de la pollu­tion de l’air en Corée du Sud. « Je doute que la Corée du Sud ait la preuve que son smog vient de Chine », a déclaré le porte-parole du minis­tère des Affaires étran­gères chinois Lu Kang, notant que le taux de parti­cules fines dans l’air est actuel­le­ment plus élevé à Séoul qu’à Pékin.

Source : Asso­cia­ted Press

Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download Best WordPress Themes Free Download
free download udemy paid course

Plus de monde