fbpx

La fonte des glaces a dévasté la deuxième plus grande colo­nie de manchots empe­reurs

par   Malaurie Chokoualé Datou   | 25 avril 2019
Crédits : PA

Le manchot empe­reur a beau être plus large que tous les autres manchots, il est parti­cu­liè­re­ment vulné­rable au chan­ge­ment clima­tique. Le British Antar­c­tic Survey, l’opé­ra­teur natio­nal britan­nique en Antar­c­tique (BAS), a noté qu’en l’es­pace de trois ans, la deuxième plus vaste colo­nie de manchots empe­reurs du monde a presque disparu à cause de la fonte des glaces, rapporte BBC News le 25 avril.

Située dans la mer de Weddell en Antar­c­tique, la colo­nie de Halley était la deuxième plus grande colo­nie d’em­pe­reurs manchots au monde. Chaque année, elle accueillait jusqu’à 25 000 couples qui venaient s’y repro­duire (soit jusqu’à 9 % de la popu­la­tion mondiale). Puis en 2016, l’An­tar­c­tique a connu un temps chaud et orageux plus tôt que prévu et la glace sur laquelle les couples de manchots s’oc­cu­paient de leurs petits a cédé tout à coup.

Plusieurs milliers de petits sont morts, trop jeunes pour commen­cer à nager. Ce phéno­mène s’est répété les deux années suivantes. Aucune repro­duc­tion n’a été détec­tée dans la région et les scien­ti­fiques expliquent qu’il ne reste ainsi presque rien de la colo­nie de Halley.

Toute­fois, la colo­nie voisine, appe­lée Dawson Lamb­ton, a augmenté pour sa part ses effec­tifs, ce qui laisse suppo­ser que certains oiseaux de Halley ont migré vers des zones plus accueillantes. Les scien­ti­fiques expliquent toute­fois que la popu­la­tion de manchots empe­reurs pour­raient bais­ser de 50 % à 70 % d’ici la fin de ce siècle à cause du réchauf­fe­ment clima­tique.

Source : BBC News

PLUS DE SCIENCE