Vista_a_Tierra_Caliente
La Tierra Caliente
Crédits : DR
Depuis l’arrestation du narcotrafiquant Joaquín Guzmán dit « El Chapo » le mois dernier, de jeunes barons de la drogue s’affrontent violemment pour prendre place sur son trône laissé vacant – en dépit du fait que le cartel de Sinaloa n’ait pas été structurellement affaibli par l’arrestation de son leader. Leur champ de bataille est une vallée aride qui traverse l’État de Guerrero au sud-ouest du Mexique appelée Tierra Caliente, la « terre chaude », que certains surnomment Infiernillo, le « petit enfer ». C’est là qu’ont disparu 43 étudiants le 26 septembre 2014, dans la ville d’Iguala. Bien qu’exposée aux feux du soleil, on la surnomme ainsi car elle est le terrain d’affrontements entre des dizaines de cartels de la drogue nouvellement formés, dont certains sont nés de la dissolution de l’organisation criminelle Beltran-Leyva, démantelée en 2011. Les gangs s’affublent de noms comme Los Rojos (« les rouges »), Guerreros Unidos (« les guerriers unis ») ou le « cartel de Jalisco nouvelle génération ». On produit aujourd’hui davantage d’héroïne dans la Tierra Caliente que dans tout le « triangle d’or » mexicain – comme on appelle depuis 1970 le trafic qui relie les États de Durango, Chihuahua et Sonora. La drogue est principalement destinée au marché américain. Grâce aux revenus tirés de la production d’héroïne, les cartels peuvent mettre à genoux les politiciens, paysans et hommes d’affaires de la région. Ils usent fréquemment de tactiques de terreur pour assurer leur mainmise sur les civils, incluant des enlèvements, de l’extorsion de fonds, des viols, des meurtres et même du trafic d’organes. Au cours des trois derniers mois seulement, plus de 340 meurtres ont été commis dans la région. « On assiste ici à une véritable crise des droits de l’homme, et personne ne fait rien », proteste Laura Carlsen, la directrice d’Americas Program, qui met à disposition des chercheurs, des journalistes et des activistes des informations sur la situation au Mexique. « Je vis dans ce pays depuis 30 ans, mais je n’aurais jamais imaginé assister à un tel degré de violence », ajoute-t-elle. De nombreux experts estiment que la situation dans la Tierra Caliente est une preuve de l’échec de la Kingpin Strategy de la DEA, l’Agence américaine de lutte contre la drogue, qui consiste à faire tomber les patrons des cartels pour annihiler le crime organisé. Mais les arrestations des chefs des cartels de Sinaloa et Beltran-Leyva se sont révélées dramatiquement inefficaces. Pour Carlsen, la vérité est encore plus dérangeante, alors que le gouvernement fédéral semble incapable d’inverser la courbe de la violence. « Les autorités fédérales sont complices des cartels », affirme-t-elle. « Les routes sont contrôlées par les militaires, mais il n’y a malgré tout aucun signe de tarissement du flot de drogues qui s’écoule chaque jour dans le pays. » « La responsabilité de l’État est de garantir la sécurité et les droits humains de ses citoyens », poursuit Carlsen. « Ce n’est pas le cas ici. »
Teloloapan_Seguridad
Les forces de sécurité fédérales
Crédits : Javier Trujillo
Sources : DEA/Americas Program Nicolas Prouillac C’était l’un des plus grands barons de la drogue depuis Pablo Escobar. ↓ chupeta