L’ADN de cet os contient la preuve de l’exis­tence d’une tribu perdue d’an­ciens hommes

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 5 juillet 2017

Crédits : Will Oliver/PA Un fémur décou­vert dans une grotte du sud-ouest de l’Al­le­magne renferme la preuve qu’une petite popu­la­tion d’êtres humains a quitté l’Afrique avant de dispa­raître, bien avant la grande migra­tion durant laquelle l’es­pèce humaine a peuplé la planète. Cette décou­verte sensa­tion­nelle a cham­boulé les cher­cheurs de l’ins­ti­tut Max Planck et de l’uni­ver­sité de Tübin­gen, qui étudiaient les mito­chon­dries de l’os pour déter­mi­ner quels étaient ses liens avec les hommes de Nean­der­tal et les ancêtres des êtres humains modernes. Leur étude, parue le 4 juillet dans la revue Nature Commu­ni­ca­tions, révèle qu’il appar­te­nait à un homi­nidé issus d’un croi­se­ment des deux espèces, quelque part entre 470 000 et 220 000 ans avant notre ère. Crédits : Oleg Kuchar/Museum Ulm « L’os, qui a vrai­sem­bla­ble­ment été rongé par un grand carni­vore, contient des données géné­tiques mito­chon­driales qui montrent qu’il appar­tient à la branche Nean­der­tal », a expliqué l’au­teur prin­ci­pal de l’étude Cosimo Posth, de l’Ins­ti­tut Max Planck pour la science de l’his­toire humaine, à Phys.org. Pour­tant, il présente égale­ment des carac­té­ris­tiques humaines qu’on ne retrouve pas habi­tuel­le­ment chez les hommes de Nean­der­tal. Ce n’est pas la première fois qu’on découvre la preuve d’un métis­sage entre nos ancêtres et leurs cousins. Ce qui est nouveau en revanche, c’est que nous pensions jusqu’ici que les humains n’avaient quitté l’Afrique pour rejoindre l’Eu­rope, le terri­toire des Nean­der­tal, qu’il y a 75 000 ans. Ces hommes-là étaient quelque peu en avance. Cette « tribu » d’an­ciens hommes aujourd’­hui dispa­rus étaient semble-t-il assez nombreux pour lais­ser des traces de leurs mito­chon­dries, mais pas assez pour appo­ser une marque durable sur l’ADN de Nean­der­tal. Si cette décou­verte met au jour une réalité histo­rique qu’on igno­rait jusqu’ici, elle nous rappelle combien nous sommes encore igno­rants du loin­tain passé de l’hu­ma­nité et des rela­tions complexes que nos ancêtres et les hommes de Nean­der­tal ont entre­tenu à travers les âges. Source : Phys.org

Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
free download udemy paid course