fbpx

Le premier vaccin contre le Covid-19 n’em­pê­chera pas d’at­tra­per le virus

par   Denis Hadzovic   | 16 juin 2020

Les cher­cheurs du monde entier tentent de déve­lop­per un vaccin au Covid-19 le plus rapi­de­ment possible. Mais tandis que près de 130 vaccins poten­tiels sont actuel­le­ment en phase d’es­sai, il se pour­rait qu’au­cun d’entre eux n’em­pêche d’at­tra­per le virus, rappor­tait Bloom­berg lundi 15 juin.

Face à l’am­pleur de la catas­trophe écono­mique provoquée par la crise sani­taire, les scien­ti­fiques pour­raient bien créer dans un premier temps un vaccin qui limi­tera le déve­lop­pe­ment du virus dans l’or­ga­nisme, empê­chant qu’il ne devienne trop grave, mais qui n’im­mu­ni­sera pas les vacci­nés contre le virus.

« Il est probable qu’un vaccin qui protège seule­ment les formes graves de la mala­die soit très utile », explique Robin Shat­tock, profes­seur à l’Im­pe­rial College de Londres. L’objec­tif premier des cher­cheurs est ainsi de reve­nir à la situa­tion sani­taire d’avant la pandé­mie en misant sur la capa­cité d’un vaccin à empê­cher l’ag­gra­va­tion de la mala­die, plutôt que d’y mettre un terme.

L’Or­ga­ni­sa­tion Mondiale de la Santé (OMS) explique d’ailleurs que malgré le fait que les vaccins sauvent envi­ron trois millions de vies par an, très peu d’entre eux sont effi­caces à 100 %. Par exemple, 3 % des personnes vacci­nées contre la rougeole peuvent déve­lop­per une forme bénigne de la mala­die et la propa­ger.

Actuel­le­ment, plus de 130 vaccins sont en phase de déve­lop­pe­ment face au Covid-19. L’Angle­terre et l’Alle­magne procèdent déjà à des essais cliniques sur des êtres humains. Samedi dernier, quatre pays euro­péens ont signé un accord afin de garan­tir la four­ni­ture à l’en­semble de l’UE de plusieurs centaines de millions de doses, si un vaccin est décou­vert.

Source : Bloom­berg

PLUS DE SCIENCE