Les déchets indus­triels de ces four­mis émettent de puis­sants gaz à effet de serre

par   Ulyces   | 3 janvier 2019

Le compor­te­ment des four­mis modi­fie clai­re­ment la compo­si­tion des forêts tropi­cales dans lesquelles elles vivent. Leurs tas d’or­dures, prin­ci­pa­le­ment compo­sés de feuilles coupées, émettent en effet des quan­ti­tés impor­tantes d’oxyde nitreux, un puis­sant gaz à effet de serre, rapporte une étude de la Royal Society publiée le 2 janvier 2018. Ces four­mis coupe-feuille, prin­ci­pa­le­ment présentes en Amérique centrale et du Sud, aspirent la sève des feuilles et les utilisent pour nour­rir le cham­pi­gnon qui pousse dans leurs nids.

Dans les résul­tats de ses recherches, l’ento­mo­lo­giste Fiona Soper révèle que ces four­mis peuvent dépla­cer chaque année jusqu’à 8 % du feuillage fores­tier vivant. Une acti­vité qui a un impact direct sur « la fonc­tion et la struc­ture de la forêt », assure-t-elle. Elles ont en effet mis au point un système de décharge où sont entre­po­sés leurs déchets, tels que les cham­pi­gnons morts, les feuilles en décom­po­si­tion et les cadavres de four­mis. Le tout forme une sorte de compost qui libère le fameux gaz toxique.

L’équipe de cher­cheurs estime ainsi que 350 grammes d’oxyde nitreux sont produits chaque année par hectare à cause des four­mis. Une émis­sion qu’ils comparent à celles des « systèmes tech­niques, tels que les réser­voirs de trai­te­ment des eaux usées ». Fiona Soper précise tout de même à tout hasard que l’ac­ti­vité des four­mis coupe-feuille, au contraire de la nôtre, n’aura aucune influence sur le climat mondial. 

Sources : Royal Society

Download Nulled WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
online free course

PLUS DE SCIENCE