Les États-Unis se retirent du Traité sur les armes nucléaires passé avec la Russie

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 1 février 2019
Crédits : Gage Skid­more

Passé en 1987, le Traité sur les forces nucléaires à portée inter­mé­diaire (INF) a perdu ce vendredi 1er février 2019 l’un de ses prin­ci­paux signa­taires. Mike Pompeo, le chef de la diplo­ma­tie améri­caine, a ainsi annoncé que les États-Unis se reti­raient de l’ac­cord, après des tensions avec le gouver­ne­ment russe, rapporte le New York Times. « La Russie a mis en péril les inté­rêts des États-Unis en matière de sécu­rité et le traité ne peut plus nous restreindre alors même que la Russie le viole sans gêne », a-t-il déclaré lors d’une confé­rence de presse.

Cette déci­sion inter­vient alors qu’un missile a été déployé par la Russie près des fron­tières euro­péennes. Alors que le gouver­ne­ment Trump a réclamé à celui de Vladi­mir Poutine de le détruire, la Russie a renvoyé la balle, accu­sant à son tour les États-Unis de violer le trai­ter. Cette fois en cause : un système de lanceurs pour des missiles anti-balis­tiques – égale­ment déployé en Europe.

Ces échanges stériles ont donc mené les États-Unis à se reti­rer du traité, mais certains voient dans cette déci­sion d’autres inté­rêts pour la super-puis­sance. Ce retrait de l’ac­cord va en effet permettre à l’ad­mi­nis­tra­tion Trump de déployer de nouvelles armes effrayantes, afin de tenter d’em­pê­cher la Chine de gagner du terrain dans le Paci­fique. « La Chine n’est soumise à aucune contrainte, c’est une réalité, et elle possède plus de 1 000 armes nucléaires, mais [la déci­sion des États-Unis] n’a rien à voir avec la Chine », a nié un offi­ciel auprès à CNN

Sources : The New York Times / CNN

Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
download udemy paid course for free

Plus de monde