fbpx

Un Cali­for­nien arrêté pour avoir donné des repas empoi­son­nés à des SDF

par   Pablo Oger   | 12 juin 2020

En Cali­for­nie, un homme est accusé d’avoir empoi­sonné huit sans-abri avec une substance décrite comme étant « deux fois plus forte » que du gaz lacry­mo­gène, nous apprend BBC News ce 12 juin. Ses victimes, à qui il avait servi de la nour­ri­ture empoi­son­née, ont ainsi subi des convul­sions, des diffi­cul­tés respi­ra­toires et des vomis­se­ments.

William Robert Cable, 38 ans, a été arrêté car il est suspecté d’avoir donné à au moins huit personnes sans domi­cile fixe de la nour­ri­ture mélan­gée à de l’oléo­ré­sine de capsi­cum (un inca­pa­ci­tant chimique) et de les avoir filmées alors qu’elles tombaient malades. Plusieurs de ses victimes ont dû être hospi­ta­li­sées et les auto­ri­tés pensent que le suspect aurait pu s’en prendre à d’autres personnes encore. L’in­té­ressé risque jusqu’à 19 ans de prison s’il est reconnu coupable de ces faits horribles.

« Ces êtres humains ont été pris pour cible parce qu’ils sont vulné­rables », a déclaré Todd Spit­zer, le procu­reur du comté d’Orange. « Ils ont été abusés et empoi­son­nés dans le cadre d’une forme de diver­tis­se­ment tordue, et leur douleur a été enre­gis­trée afin qu’elle puisse être revé­cue par leur agres­seur encore et encore. »

La capsi­cine oléo­ré­si­neuse est déri­vée des plants de piment et il s’agit d’un prin­cipe actif utilisé dans certaines formes de gaz lacry­mo­gène. Certaines des victimes avaient été infor­mées par leur agres­seur qu’elles allaient parti­ci­per à un « défi alimen­taire épicé » et elles ont reçu de la bière pour les encou­ra­ger à y parti­ci­per, tandis que d’autres igno­raient simple­ment que la nour­ri­ture avait été piégée.

Source : BBC News

Plus de monde