fbpx

Une météo­rite s’écrase sur sa maison, il devient million­naire

par   Sarah Ben Bouzid   | 19 novembre 2020

Josua Huta­ga­lung, un fabri­cant de cercueils vivant sur l’île de Suma­tra, au nord de l’In­do­né­sie, est devenu million­naire du jour au lende­main après qu’une météo­rite s’est crashée sur sa maison, rappor­tait The Inde­pendent le 18 novembre. Alors qu’il prépa­rait le cercueil d’un défunt, une météo­rite d’une valeur d’1,5 million d’eu­ros s’est écra­sée sur sa maison, perçant un trou dans le toit et s’en­fonçant à 15 cm sous le plan­cher.

« Quand je l’ai récu­pé­rée, la pierre était encore chaude », a-t-il déclaré. « Le bruit était si fort que ça a fait trem­bler certaines parties de la maison. » Huta­ga­lung n’avait aucune idée du fait que la météo­rite était précieuse, mais le père de famille a néan­moins choisi de faire inspec­ter la roche de 2,2 kilos par des profes­sion­nels. Il a donc rencon­tré un collec­tion­neur spécia­lisé qui lui a annoncé qu’il s’agis­sait d’un météore et que c’était une pierre infi­ni­ment précieuse pour les scien­ti­fiques.

Les météo­rites se vendent au gramme et peuvent rappor­ter en géné­ral entre 0,50 et 5 dollars le gramme. Toute­fois, celles qui ont des proprié­tés rares peuvent se vendre jusqu’à 1 000 dollars le gramme, et selon les experts, la roche de Huta­ga­lung est l’une d’entre elles. La météo­rite a été iden­ti­fiée comme de la Chon­drite carbo­née CM1/2, un type de météo­rite extrê­me­ment rare qui, selon les scien­ti­fiques, pour­rait conte­nir des infor­ma­tions permet­tant de résoudre le mystère de la créa­tion de la vie sur Terre.

La météo­rite de Huta­ga­lung pour­rait dater d’en­vi­ron 4,5 milliards d’an­nées. Dès le lende­main, l’ex­pert améri­cain Jared Collins a été informé de cet événe­ment. « Mon télé­phone n’ar­rê­tait pas de sonner, j’ai dû sauter dans le premier avion et ache­ter la météo­rite », confie-t-il. « J’ai trans­féré autant d’argent que j’ai pu et je suis allé trou­ver Josua, qui s’est avéré être un habile négo­cia­teur. »

Si Huta­ga­lung peut enfin se permettre de réali­ser son rêve de bâtir une église, son cœur lui a rappelé des ques­tions plus urgentes. Après avoir renoncé à la propriété de la météo­rite, il s’est immé­dia­te­ment souvenu de ce qu’il souhai­tait le plus. « J’ai trois garçons mais j’ai toujours voulu avoir une fille, j’es­père que cette météo­rite est un signe du ciel que j’au­rai la chance d’en avoir une main­te­nant », a-t-il déclaré.

Source : The Inde­pendent

Plus de mystère