Vladi­mir Poutine veut mater le rap car ses trois piliers sont « le sexe, la drogue et la protes­ta­tion »

par   Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer   | 17 décembre 2018

Le président russe craint que le rap ne mène à une « dégra­da­tion » de son pays et souhai­te­rait donc le faire régu­ler. Samedi 15 décembre 2018, Vladi­mir Poutine s’est emparé du sujet lors d’une réunion de son conseil consul­ta­tif sur la culture et les arts, retrans­mise en direct, raconte Busi­ness Insi­der. « S’il est impos­sible de l’in­ter­dire, il faut le reprendre en main et le diri­ger d’une manière bien précise», a déclaré le président russe à propos du rap. 

Ses commen­taires sur le rap inter­viennent alors que l’ar­tiste Husky, connu pour dénon­cer la corrup­tion poli­tique, a été arrêté et empri­sonné 12 jours pour « hooli­ga­nisme ». Le rappeur a en effet donné un concert sauvage sur le toit d’une voiture, le 21 novembre 2018, après qu’une série de ses repré­sen­ta­tions ont été annu­lées par les auto­ri­tés. 

« Le rap et certaines autres formes d’art moderne reposent sur trois piliers : le sexe, la drogue et la protes­ta­tion », a estimé Vladi­mir Poutine, qui entend bien récla­mer des lois pour enca­drer ce genre musi­cal qu’il consi­dère trop rebelle. « Je suis très inquiet à propos des drogues. C’est un chemin qui mène à la dégra­da­tion d’une nation  », a déclaré Vladi­mir Poutine, tout en amal­games. Et il a d’au­tant plus tort que le rap russe, ça défonce.

Sources : Busi­ness Insi­der / New York Times

Download Best WordPress Themes Free Download
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download Nulled WordPress Themes
free download udemy paid course

Plus de monde