par Servan Le Janne | 0 min | 5 mars 2018

Fusillade à Fort Meade

À quelques dizaines de mètres de la voie rapide Balti­­more-Washing­­ton, dans le Mary­­land, un 4×4 noir quitte la Route 32. Il s’en­­gage sur une impasse : la petite Canine Road mène à un poste de contrôle. Au loin, derrière les barrières, deux grands mono­­lithes dominent des blocs de bureaux crème. Peu avant 7 heures, ce 14 février 2018, les trois passa­­gers arrivent à Fort Meade, le siège de la Natio­­nal Secu­­rity Agency (NSA). Situé à une demi-heure de route de Washing­­ton, le complexe de la puis­­sante agence de rensei­­gne­­ment améri­­caine spécia­­li­­sée dans les systèmes d’in­­for­­ma­­tion est un des plus sécu­­ri­­sés au monde.

Les quar­­tiers géné­­raux de la NSA à Fort Meade

Crédits : The Center for Land Use Inter­­pre­­ta­­tion

À bord, endormi sur son fauteuil, Javonte Alhajie Brown ne se serait pas rendu compte que le véhi­­cule faisait fausse-route. « Je me suis fait réveiller par le conduc­­teur qui me frap­­pait le visage et hurlait qu’il allait “dans la mauvaise direc­­tion” », a-t-il raconté. Pour se rendre chez un ami, cet homme de 27 ans dit avoir laissé le volant à un adoles­cent sans permis ayant dix unités de moins que lui au comp­­teur et un GPS défec­­tueux. « Comment c’est possible ?! » hurlait Brown. Les balles ont commencé à pleu­­voir. Après un tête-à-queue, le véhi­­cule s’est encas­­tré dans les garde-corps. Ses trois occu­­pants ont été arrê­­tés par la police.

Deux ans plus tôt, en mars 2015, une fusillade avait déjà été provoquée par un 4×4 noir à l’en­­trée de Fort Meade. L’une des deux personnes à bord, dont on ignore encore les moti­­va­­tions, est morte. Même si l’acte paraît insensé, car voué à l’échec, il témoigne de la fasci­­na­­tion qu’exerce l’agence. Depuis qu’un ancien employé, Edward Snow­­den, a commencé à révé­­ler l’am­­pleur de son pouvoir de surveillance, en 2013, elle intrigue bien au-delà des cercles de spécia­­listes du rensei­­gne­­ment.

Inculpé par le gouver­­ne­­ment améri­­cain pour espion­­nage, le lanceur d’alerte réfu­­gié à Moscou a révélé des dizaines de milliers de docu­­ments confi­­den­­tiels. Ils rendent compte, selon lui, du « plus vaste programme de surveillance arbi­­traire de l’his­­toire humaine ». La NSA a collecté des infor­­ma­­tions person­­nelles à la sortie des quelque 250 câbles sous-marins du globe. Elle s’est aussi servie dans les bases de données de géants de la tech comme Google, Face­­book, Micro­­soft ou Yahoo! Mais ce n’est pas tout. Ce maté­­riel est échangé entre pays. Il existe même une alliance secrète d’es­­pions inter­­­na­­tio­­nale pour cela : les Sigint Seniors.

« Une fois par an, les leaders des 14 meilleures nations en rensei­­gne­­ment élec­­tro­­nique (Sigint) se retrouvent pour appro­­fon­­dir leur colla­­bo­­ra­­tion sur des problé­­ma­­tiques communes », peut-on lire dans un docu­­ment rendu public le 1er mars 2018 par Edward Snow­­den. Celui-ci est issu d’une news­­let­­ter interne à la NSA bapti­­sée SIDto­­day. Sous le parrai­­nage de la NSA, les réunions d’un bloc « euro­­péen » se tiennent entre espions d’Aus­­tra­­lie, de Belgique, du Canada, du Dane­­mark, de France, d’Al­­le­­magne, d’Ita­­lie, des Pays-Bas, de Nouvelle-Zélande, de Norvège, d’Es­­pagne, du Royaume-Uni et des États-Unis. Il existe aussi un groupe asia­­tique, les Sigint Seniors Paci­­fic, dont sont membres l’Aus­­tra­­lie, le Canada, la Corée du Sud, la Nouvelle-Zélande, Singa­­pour, la Thaï­­lande et le Royaume-Uni. Ces coali­­tions « sont connues depuis des années par ceux qui étudient les agences de rensei­­gne­­ment, mais le public ne les connaît pas », souligne Ryan Galla­­gher, jour­­na­­liste d’in­­ves­­ti­­ga­­tion pour le maga­­zine The Inter­­cept.

L’al­­liance a notam­­ment été acti­­vée lors de grands événe­­ments comme les Jeux olym­­piques d’Athènes (2004), ceux de Turin (2006) ou la Coupe du monde alle­­mande (2006). Depuis 2010, ses membres disposent d’un canal de commu­­ni­­ca­­tion, les Sigda­­sys, afin de parta­­ger des copies des commu­­ni­­ca­­tions inter­­­cep­­tées. Tout ce qui est rela­­tif à l’Af­­gha­­nis­­tan peut par ailleurs être mis en commun à travers la plate­­forme Center Ice. En 2013, la NSA évoquait aussi l’idée de créer un centre de colla­­bo­­ra­­tion. Elle semblait alors vouloir l’ins­­tal­­ler au Royaume-Uni, sachant que « certains pays euro­­péens consi­­dèrent avec méfiance la pers­­pec­­tive de l’ac­­cueillir ». Il faut dire que l’es­­pion­­nage infor­­ma­­tique se pratique parfois entre alliés.

Pour présen­­ter les fuites d’Ed­­ward Snow­­den, Ryan Galla­­gher explique que « ces docu­­ments mettent en lumière l’his­­toire secrète de la coali­­tion, les problèmes sur lesquels ses parties-prenantes se sont concen­­trées récem­­ment et les systèmes qui leur permettent de parta­­ger des données sensibles issue de la surveillance ». Aussi, soulignent-ils l’an­­cien­­neté du système.

L’usine à cookies

Au début des années 1970, l’im­­meuble de trois étages qui accueillait les bureaux de la NSA, à Fort Meade, était surnommé « l’usine à cookies ». Un badge vert donnait accès aux parties des docu­­ments « top secrets » et un badge rouge permet­­tait de consul­­ter les fichiers « secrets ». Il fallait traver­­ser un couloir long de 300 mètres et large de 170 pour accé­­der aux 13 hectares de bureaux. Perry Fell­­wock a été un habi­­tué des lieux jusqu’à ce qu’il en dévoile les coulisses dans un entre­­tien donné au maga­­zine améri­­cain Ramparts, en 1972.

« La commu­­nauté du rensei­­gne­­ment élec­­tro­­nique a été défi­­nie par un traité top secret signé en 1947 », confie-t-il. « Il a été appelé “traité Ukusa”. La NSA l’a signé pour les États-Unis et elle est entrée dans ce qu’on appelle “le premier cercle”. Le GCHQ a signé pour la Grande-Bretagne, le CBNRC pour le Canada, et la DSD pour l’Aus­­tra­­lie. Ils font partie du “deuxième cercle”. » On appren­­dra plus tard que Perry Fell­­wock se trompe de date. L’ac­­cord a secrè­­te­­ment été para­­phé le 5 mars 1946 afin de donner un cadre à la coopé­­ra­­tion entre Améri­­cains et Britan­­niques née sous la Deuxième Guerre mondiale. L’objec­­tif était à l’ori­­gine de décryp­­ter les messages enne­­mis. Mais il va peu à peu s’étendre.

Après l’en­­trée du Canada, en 1948, et de l’Aus­­tra­­lie et de la Nouvelle-Zélande en 1956, la Norvège, le Dane­­mark et l’Al­­le­­magne joignent coup sur coup le troi­­sième cercle. À la menace nazie succède celle du bloc de l’Est coiffé par l’Union sovié­­tique. Entrer dans le traité est à cet égard une manière de faire front, de poser les bases d’une coopé­­ra­­tion en matière de rensei­­gne­­ment. Washing­­ton et Londres s’en­­gagent en parti­­cu­­lier à ne pas s’es­­pion­­ner et à garder l’ac­­cord confi­­den­­tiel. Au sein des premier et deuxième cercles, les infor­­ma­­tions doivent aussi circu­­ler sans rete­­nue. « En pratique, ça ne fonc­­tionne évidem­­ment pas comme ça », indique Perry Fell­­wock. « Nous violons constam­­ment le traité en écou­­tant nos alliés. Ils le savent proba­­ble­­ment, d’ailleurs. »

Le partage d’in­­for­­ma­­tion se pour­­suit toute­­fois sous une nouvelle appel­­la­­tion : Eche­­lon.

Ceux qui se trouvent dans le troi­­sième cercle sont contraints de donner tout ce qu’ils ont en leur posses­­sion pour rece­­voir des miettes en retour. Ils ne peuvent de toute manière pas cacher grand chose. « La clé, c’est la tech­­no­­lo­­gie », assure Fell­­wock. « Or ces alliés travaillent tous sur des machines que nous leur avons données. Ils n’ont aucune chance de riva­­li­­ser mais une illu­­sion de coopé­­ra­­tion existe bien. » En 1972, quand il s’as­­soit dans un restau­­rant IHOP de Berke­­ley pour se mettre à table avec deux éditeurs de Ramparts, Perry Fell­­wock n’a que 25 ans. Il se présente comme un vété­­ran de l’ar­­mée de l’air en lien avec la NSA. L’in­­ter­­view est publiée sous un faux nom, Wins­­low Peck.

Ce jeune agent passé par Istan­­bul, où la NSA possé­­dait un bureau, regrette qu’il n’y ait « pas de limite » aux attri­­bu­­tions de l’agence : « Cela va du rappel des avions B-52 au Viet­­nam à l’étude du programme spatial sovié­­tique. » La publi­­ca­­tion des « Penta­­gon Papers », un an plus tôt, par le mili­­tant paci­­fiste Daniel Ells­­berg, dans les pages New York Times, le convainc de parler. Conju­­gué au scan­­dale du Water­­gate, son témoi­­gnage provoque une réac­­tion de la classe poli­­tique améri­­caine. La commis­­sion séna­­to­­riale prési­­dée par Franck Church s’at­­taque aux abus des agences fédé­­rales. Elle met notam­­ment fin aux programmes Sham­­rock et Mina­­ret de la NSA, qui permettent d’écou­­ter les commu­­ni­­ca­­tions entrant et sortant des États-Unis.

Le partage d’in­­for­­ma­­tion se pour­­suit toute­­fois sous une nouvelle appel­­la­­tion. En 1964, alors qu’ils s’en­­tendent pour lancer un projet de satel­­lite inter­­­na­­tio­­nal, Intel­­sat, une douzaine de pays posent les bases du réseau Eche­­lon. Non contents d’avoir accès aux messages privées tran­­si­­tant par Intel­s­tat, la NSA et la GCHQ ouvrent en 1971 une station à Morwens­­tow, en Angle­­terre, afin d’in­­ter­­cep­­ter les messages entre l’At­­lan­­tique et l’océan Indien. Une autre est instal­­lée à Yakima, près de Seat­tle, pour capter les commu­­ni­­ca­­tions de la zone Paci­­fique.

Des yeux et des oreilles

Offi­­ciel­­le­­ment, Eche­­lon n’existe pas. Avant de le mettre au jour en 1988, dans le New States­­man, le jour­­na­­liste écos­­sais Duncan Camp­­bell est le premier à poin­­ter du doigt la surveillance cachée du Govern­­ment Commu­­ni­­ca­­tions Headquar­­ters (GCHQ) dans un article paru dans Time Out, en 1976. En 1982, un de ses membres condamné pour espion­­nage au profit des Sovié­­tiques, Geof­­frey Prime, confirme l’in­­for­­ma­­tion. La même année, neuf États fondent en cati­­mini le bloc « euro­­péen » des Sigint Seniors. « Dans une certaine mesure, on peut le voir comme une exten­­sion du traité Ukusa », observe Ryan Galla­­gher. L’or­­ga­­ni­­sa­­tion comporte alors un noyau dur surnommé les « Cinq Yeux » : les États-Unis, le Canada, l’Aus­­tra­­lie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni.

Pour l’heure, Duncan Camp­­bell parle d’un « vaste réseau inter­­­na­­tio­­nal de surveillance qui existe depuis la Seconde Guerre mondiale, quand les États-Unis, le Canada, l’Aus­­tra­­lie et la Nouvelle-Zélande ont signé un accord secret sur le rensei­­gne­­ment élec­­tro­­nique, ou “Sigint” ». Son article pour le New States­­man pointe aussi l’exis­­tence d’une base de la NSA à Menwith Hill, en Angle­­terre, qui puise dans les prin­­ci­­paux réseaux de commu­­ni­­ca­­tion britan­­niques. L’In­­ter­­cep­­tion of Commu­­ni­­ca­­tions Act dont s’est doté Londres en 1985 « a été conçu en prévi­­sion d’une opéra­­tion comme Echelo, qui vise à drai­­ner toutes les commu­­ni­­ca­­tions inter­­­na­­tio­­nales de et vers la Grande-Bretagne ».

Aux États-Unis, les membres du Congrès en apprennent plus sur Eche­­lon en 1988. Employée de Lock­­heed, un four­­nis­­seur de la NSA, Marga­­ret Newsham leur assure que le télé­­phone du Répu­­bli­­cain Strom Thur­­mond est sur écoute. L’enquête déter­­mine que « le ciblage d’hommes poli­­tiques améri­­cains n’ar­­rive pas par acci­dent, il est au cœur du système depuis le début ». De manière géné­­rale, les Anglo-Saxons sont ainsi capables d’ac­­cé­­der à la plupart des données tran­­si­­tant par satel­­lites et de les analy­­ser. Au cours des années 1990, Inter­­net change toute­­fois la donne. Il faut désor­­mais sonder les câbles en fibre optique.

Les câbles de la NSA

Tandis que des plon­­geurs sont envoyés dépo­­ser des capteurs, le rensei­­gne­­ment écono­­mique prend une plus grande impor­­tance. Mis sur écoute par la NSA, des groupes comme Airbus, Toyota et Nissan perdent des marchés au profit de socié­­tés améri­­caines. La concur­­rence peut aussi être faus­­sée au sein d’un même pays.

Il existe « une rela­­tion inces­­tueuse si forte » entre la NSA et les firmes qui conçoivent l’équi­­pe­­ment du réseau Eche­­lon, dénonce le cher­­cheur Patrick Poole dans un rapport remis au Congrès en 1998, « que les rensei­­gne­­ments recueillis sont parfois utili­­sés pour écar­­ter des fabri­­cants améri­­cains de marchés convoi­­tés par ces contrac­­tants majeurs des secteurs de la défense et du rensei­­gne­­ment ».

Après les atten­­tats du 11 septembre 2001, ce contexte concur­­ren­­tiel est nuancé par l’évident besoin de coopé­­ra­­tion qui renaît au sein des services de diffé­­rents États. L’Al­­le­­magne lance ainsi le projet Eiko­­nal avec la NSA en 2002. Le temps que naisse la branche Paci­­fic en 2005, les Sigint Seniors Europe ne comptent désor­­mais plus neuf mais quatorze membres. Entre 2006 et 2007, ils commencent à travailler sur « l’ex­­ploi­­ta­­tion d’In­­ter­­net ». D’après la NSA, cela repré­­sente « un grand pas en avant », certains s’étant montrés jusque là « réti­­cents à recon­­naître l’im­­por­­tance de la Toile ».

Entre 2000 et 2015, les capa­­cité d’Eche­­lon ont doublé, juge Duncan Camp­­bell. Sa réunion avec les programmes simi­­laires Tran­­sient et Fros­­ting a donné nais­­sance à un nouveau projet baptisé Forn­­sat, pour Foreign Satel­­lites. Il serait doté de sites en Espagne, au Dane­­mark, en Suède, en France et en Alle­­magne. En 2013, NSA espé­­rait aussi « étendre le niveau de coopé­­ra­­tion du contre-terro­­risme et explo­­rer de nouvelles voies de colla­­bo­­ra­­tion ». Pour Ryan Galla­­gher, ce travail en équipe « est proba­­ble­­ment une bonne chose, mais il pose problème si la surveillance de masse est indis­­cri­­mi­­née ». Or, on sait combien les oreilles de la NSA sont larges.

Crédits : Norwe­­gian Intel­­li­­gence Service


Couver­­ture : Une base de surveillance secrète en Austra­­lie. (Kris­­tian Laemmle-Ruff)


Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Premium WordP­ress Themes Free
Premium WordP­ress Themes Down­load
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
down­load udemy paid course for free
Premium WordPress Themes Download
Download Nulled WordPress Themes
Free Download WordPress Themes
Download Best WordPress Themes Free Download
udemy course download free

Plus de monde