fbpx

Au terme d'une évasion haletante, l'ancien patron de Renault-Nissan s'est réfugié au Liban, où il espère disposer d'assez de soutiens pour esquiver la justice japonaise. Et Interpol.

par Servan Le Janne | 7 janvier 2020

La grande évasion

Le long d’une villa aux murs rose pâle, dans le centre de Beyrouth, un 4×4 noir glisse lente­­ment vers l’en­­trée du garage. Le véhi­­cule doit klaxon­­ner pour délo­­ger la nuée de jour­­na­­listes, trop occu­­pés à bran­­dir leurs objec­­tifs vers les échan­­crures de la porte pour le voir arri­­ver. Tout à leur espoir de surprendre l’an­­cien patron de Renault-Nissan, ils collent alors leurs appa­­reils à la carros­­se­­rie siglée Gene­­ral Motors. Carlos Ghosn n’est pas là. C’est pour­­tant bien chez lui que s’en­­gouffre le 4×4.

En 2012, le Français issu d’une famille maro­­nite a acheté cette rési­­dence d’Achra­­fieh, un quar­­tier chré­­tien parmi les plus riches de la capi­­tale, pour 8,75 millions d’eu­­ros et 6 millions de réno­­va­­tions. Des respon­­sables de Nissan auraient décou­­vert, début 2018, que cet argent prove­­nait des caisses du construc­­teur, où le PDG aurait pioché de quoi ache­­ter plusieurs proprié­­tés. Au fil des mois, ils ont monté un dossier docu­­men­­tant ces malver­­sa­­tions présu­­mées, pour le bonheur d’une cote­­rie d’en­­ne­­mis. Sa gestion n’était pas du goût de tous et certains crai­­gnaient d’être absor­­bés par Renault.

Carlos Ghosn lors du réveillon du Nouvel An
Crédits : TF1

À la faveur d’une grève orga­­ni­­sée le 19 novembre 2018, le groupe de respon­­sables a attiré Carlos Ghosn et un de ses lieu­­te­­nants, Greg Jelly, à Tokyo, où ils ont été arrê­­tés. Soupçonné d’abus de bien sociaux, il a été mis en examen pour dissi­­mu­­la­­tion de reve­­nus le 10 décembre 2018, avant de faire l’objet d’une troi­­sième enquête, dix jours plus tard, pour « abus de confiance aggra­­vée ». Acculé à la démis­­sion le 24 janvier 2019, il a toute­­fois dénoncé un complot et, après des allers-retours entre la prison et la liberté surveillée, a plaidé non-coupable en octobre.

Pour ses avocats, « une task force secrète » a été consti­­tuée au sein de Nissan afin « de recher­­cher à impu­­ter arti­­fi­­ciel­­le­­ment des actes répré­­hen­­sibles à Carlos Ghosn dans le but de l’évin­­cer de la tête de l’Al­­liance Renault-Nissan ». Un dessein appuyé par une « collu­­sion illi­­cite entre les procu­­reurs, des membres du minis­­tère de l’Éco­­no­­mie, du Commerce et de l’In­­dus­­trie (METI) ». Face à pareille adver­­sité, Ghosn a fina­­le­­ment choisi la fuite. Le 29 décembre 2019, il s’est envolé pour Beyrouth, où il a retrouvé son épouse dans la maison aux murs rose pâle d’Achra­­fieh.

Pendant qu’il fêtait le réveillon du Nouvel An avec sa femme chez des amis, à Beyrouth, la police japo­­naise recons­­ti­­tuait peu à peu son itiné­­raire. Les camé­­ras de vidéo­­sur­­veillance le montrent quit­­tant sa rési­­dence de Tokyo dimanche 29 décembre, à 14 h 30, alors que les agents de sécu­­ri­­tés char­­gés de garder un œil sur lui venaient de lever le camp. Ghosn contes­­tait la légi­­ti­­mité du dispo­­si­­tif en justice.

Le visage mangé par un masque anti-pollu­­tion et couvert par un chapeau, il s’est rendu dans un grand hôtel puis, avec les deux personnes qui l’y atten­­daient, à la gare de Shina­­gawa. Flanqué de plusieurs personnes que la police cherche encore à iden­­ti­­fier, il a parcouru les 500 km sépa­­rant la capi­­tale japo­­naise d’Osaka dans un train à grande vitesse. Là, il aurait rallié un hôtel situé près de l’aé­­ro­­port de Kansai en taxi. Un jet privé Bombar­­dier Global Express était là depuis son arri­­vée en prove­­nance de Dubaï, à 10 h 16.

Ghosn est discrè­­te­­ment monté à bord caché dans une mâle d’ins­­tru­­ments de musique. L’ap­­pa­­reil l’a ainsi conduit à Beyrouth après une escale à Istan­­bul. S’y trou­­vaient aussi Michael Taylor et George-Antoine Zayek, deux barbouzes améri­­cains ayant leurs habi­­tudes au Liban : le premier a entraîné ses unités d’élite et le second a servi dans les rangs de ses forces spéciales.

Dans le pays de son enfance, le chef d’en­­tre­­prise n’a pas de raison d’être inquiété par la justice dans la mesure où il est arrivé léga­­le­­ment, a annoncé la Direc­­tion géné­­rale de la sûreté géné­­rale. Il n’existe du reste pas d’ac­­cord d’ex­­tra­­di­­tion entre les deux pays. Beyrouth a toute­­fois reçu une notice rouge d’In­­ter­­pol. Ce docu­­ment de l’or­­ga­­nisme de coopé­­ra­­tion inter­­­na­­tio­­nale de la police « consiste à deman­­der aux services char­­gés de l’ap­­pli­­ca­­tion de la loi du monde entier de loca­­li­­ser et de procé­­der à l’ar­­res­­ta­­tion provi­­soire d’une personne dans l’at­­tente de son extra­­­di­­tion, de sa remise ou de toute autre procé­­dure judi­­ciaire ». Carlos Ghosn sera donc entendu par le parquet géné­­ral cette semaine. Mais cela ne veut pas dire qu’il sera renvoyé au Japon.

L’en­­fant du pays

Au pied des tours beiges de Beyrouth, un visage célèbre s’étale sur toute la hauteur d’un panneau d’af­­fi­­chage. De part et d’autre d’un nez nubien, ses lèvres plis­­sées et ses sour­­cils proémi­­nents lui donnent des airs de chat à l’af­­fût. Tout le monde ne peut pas se recon­­naître dans l’an­­cien patron le mieux payé du CAC40, dont la fortune atteint près de 175 millions d’eu­­ros. « Nous sommes tous Carlos Ghosn », dit pour­­tant la légende. Le Franco-Libano-Brési­­lien vient d’être arrêté en ce mois de décembre 2018 et l’agence de publi­­cité Med K&K a lancé une campagne « contre l’injus­­tice ».

Quelques jours plus tôt, le ministre des Affaires étran­­gères du pays du cèdre, Gebran Bassil, a convoqué l’am­­bas­­sa­­deur du Japon, Mata­­hiro Yama­­gu­­chi, pour discu­­ter des « points d’in­­ter­­ro­­ga­­tions qui entourent les circons­­tances de l’ar­­res­­ta­­tion de M. Ghosn et les condi­­tions de déten­­tion ». Le ministre de l’In­­té­­rieur, Nohad Mach­­nouk, est encore plus offen­­sif en public : « Nous sommes fiers de lui, de sa réus­­site. Le phénix liba­­nais ne sera pas brûlé par le soleil du Japon », a-t-il affirmé. Car ici, Carlos Ghosn est consi­­déré comme l’en­­fant du pays.

Crédits : BsBsBs

Une partie de ses richesses a été réin­­ves­­tie dans le vignoble du domaine Ixsir, dans un projet immo­­bi­­lier au nord du Liban et au capi­­tale de la banque Sara­­dar. Surtout, « c’est une icône, le symbole du Liba­­nais qui est parti à l’étran­­ger et qui a fait fortune dans les affaires, ce qui explique proba­­ble­­ment pourquoi il a des soutiens au plus haut niveau de l’État », indique le jour­­na­­liste Wissam Charaf à France 3.

Petit-fils d’un Liba­­nais devenu entre­­pre­­neur au Brésil, après y avoir émigré à l’âge de 13 ans, Carlos Ghosn pousse son premier cri à Porto Velho, dans l’ouest du Brésil. Infecté par de l’eau non-potable à deux ans, il est rapa­­trié au Liban par sa mère. Au collège Notre-Dame de Jamhour, le garçon profite de ses « quali­­tés de tribun », dixit un ancien cama­­rade de classe, pour deve­­nir délé­­gué de classe. Loué pour sa capa­­cité à se fixer des objec­­tifs et à s’y tenir, il rallie la France à 20 ans. À la sortie de l’École poly­­te­ch­­nique, il joue du rabot à Miche­­lin, taillant si bien dans les coûts de produc­­tion que Renault l’en­­gage pour faire pareil en 1996.

La marque au losange lui propose trois ans plus tard d’ap­­pliquer sa méthode à Nissan, un construc­­teur grevé par une dette de 35 milliards de dollars dont elle vient de rache­­ter 36,8 %. Autant mettre « 5 milliards dans une barque et la couler au milieu de l’océan », ironise le vice-président de Gene­­ral Motors Bob Lutz. En fermant des usines, chan­­geant de four­­nis­­seurs, renvoyant 14 % de la main d’œuvre et revoyant le design, Ghosn permet à Nissan de doubler Honda comme deuxième construc­­teur japo­­nais six ans plus tard.

Crédits : JO2016

Premier chef d’en­­tre­­prise étran­­ger à rece­­voir la médaille au ruban bleu des mains de l’Em­­pe­­reur en 2004, Ghosn égra­­tigne son image en percu­­tant une moto au volant d’une Porsche. Les Nissan sont pour les autres. D’ailleurs, le PDG se plaint en 2008 de ne pas être assez payé, lui qui n’hé­­site pas à fêter son anni­­ver­­saire à Versailles en 2014 et à faire de Nissan un spon­­sor des Jeux olym­­piques moyen­­nant 200 millions de dollars afin de parti­­ci­­per au relais de la torche en 2016. Un an plus tard, son visage tout juste imprimé sur un timbre liba­­nais, il charge un ami artiste de redé­­co­­rer le hall du siège de la société contre une obole de 888 000 euros.

À en croire le parquet japo­­nais, Ghosn a peu à peu confondu le porte-feuille de Nissan avec le sien. Le Liban est ainsi devenu « un bastion du détour­­ne­­ment présumé par Ghosn des fonds de Nissan pour son usage person­­nel », selon le quoti­­dien Asahi Shim­­bun, qui lui attri­­bue une quaran­­taine de socié­­tés-écrans enre­­gis­­trées à Beyrouth. « En prin­­cipe, Tokyo peut possi­­ble­­ment deman­­der une extra­­­di­­tion à un pays avec qui il n’a pas d’ac­­cord d’ex­­tra­­di­­tion formel », a indiqué la ministre japo­­naise de la Justice, Masako Mori, lors d’une confé­­rence de presse orga­­ni­­sée lundi 6 janvier. Mais du côté du Liban, rien ne laisse pour le moment penser qu’une réponde favo­­rable serait appor­­tée à pareille requête.


Couver­­ture : Renault/Ulyces


 

Free Down­load WordP­ress Themes
Down­load Best WordP­ress Themes Free Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
Premium WordP­ress Themes Down­load
udemy course down­load free
Download WordPress Themes Free
Free Download WordPress Themes
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
udemy course download free

Plus de monde

Comment le cartel de Sina­loa a infil­tré le gouver­ne­ment mexi­cain

282k 22 janvier 2020 stories . monde

Faut-il inter­dire les milliar­daires ?

109k 21 janvier 2020 stories . monde

Qui peut battre Trump en 2020 ?

103k 20 janvier 2020 stories . monde