fbpx

Aux USA, la police fait croire que la meth peut être conta­mi­née par le coro­na­vi­rus

par   Nicolas Pujos   | 2 mars 2020

Plus c’est gros plus ça passe. Alors que l’épi­dé­mie de coro­na­vi­rus s’est étendu outre-Atlan­tique, avec des cas confir­més à New York et San Fran­cisco, la police de cinq États améri­cains vient de trou­ver une méthode gros­sière pour coffrer les consom­ma­teurs de métham­phé­ta­mine. Ils font circu­ler la rumeur que la meth peut conte­nir le virus pour amener les personnes qui en possèdent à se dénon­cer.

Le 28 février, Vice indiquait que les polices de certains comtés d’Ar­kan­sas, de Floride, du Kansas, du Texas et du Wiscon­sin ont publié de fausses infor­ma­tions sur Face­book affir­mant que la meth est suscep­tible de conte­nir le coro­na­vi­rus, et invitent les personnes inquiètes à se décla­rer auprès des services de police à toute heure du jour ou de la nuit.

« AVERTISSEMENT : si vous avez récem­ment acheté de la métham­phé­ta­mine produite loca­le­ment, elle peut être conta­mi­née par le coro­na­vi­rus. Veuillez l’ap­por­ter au bureau du shérif ou au commis­sa­riat de votre loca­lité, qui la teste­ront gratui­te­ment. Si vous n’êtes pas à l’aise à l’idée d’ef­fec­tuer le test dans un commis­sa­riat, veuillez contac­ter n’im­porte quel agent et il testera votre meth dans l’in­ti­mité de votre maison. S’il vous plaît, faites passer le mot ! »

Devant les critiques formu­lées sur la méthode, plusieurs services de police ont supprimé leur publi­ca­tion.

Source : Vice

Download Nulled WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download Nulled WordPress Themes
Premium WordPress Themes Download
udemy course download free

Plus de monde