fbpx

Cette guer­rière scythe enter­rée avec ses armes n’avait pas plus de 13 ans

par   Axelle Tricomi   | 17 juin 2020

En étudiant la momie d’un redou­table « guer­rier » scythe retrouvé il y a une tren­taine d’an­nées, des cher­cheurs russes ont réalisé qu’il s’agis­sait en fait d’une adoles­cente de 13 ans, rappor­tait le Sibe­rian Times le 16 juin. Cette décou­verte ravive le mythe des Amazones, ces femmes guer­rières décrites par les Grecs il y a près de 3 000 ans.

En 1988, dans la répu­blique sibé­rienne de Touva, au centre de la Russie, des cher­cheurs ont mis au jour un tombeau. Il conte­nait un corps momi­fié, extrê­me­ment bien conservé, avec un arc, des flèches et une hache. En l’ab­sence d’at­tri­buts fémi­nins, les scien­ti­fiques avaient établi qu’il s’agis­sait d’un homme… à tort.

Avec la tech­no­lo­gie moderne, l’équipe scien­ti­fique diri­gée par Marina Kilu­novs­kaya a pu déchif­frer l’ADN de la dépouille. « Nous avons obtenu des résul­tats impres­sion­nants », raconte la scien­ti­fique. Le corps retrouvé en 1988 appar­te­nait ainsi à une adoles­cente de 13 ans tout au plus, une guer­rière scythe morte il y a 2600 ans.

Outre Héro­dote, le physi­cien grec Hippo­crate a décri des femmes guer­rières chez les Scythes. Il vivait entre 460 et 370 avant J.-C., soit à peu près à la période où l’ado­les­cente a été enter­rée. Les Amazones ne sont donc pas qu’un mythe.

Source : Sibe­rian Times

PLUS DE SCIENCE