Après 100 ans d’oubli, une grande et mystérieuse dalle de pierre a récemment été redécouverte en France. Et d’après une nouvelle étude, la dalle de Saint-Bélec pourrait être la plus ancienne carte connue d’Europe, rapportait la BBC le 7 avril.

La pierre, finement sculptée, a été repérée pour la première fois en 1900 dans un tumulus funéraire breton. Bien que partiellement cassée, elle a été mise de côté dans un château et oubliée pendant un siècle. Ce n’est que récemment que des chercheur.euse.s de la société préhistorique française ont réévalué la dalle. Sauf que d’après les archéologues, elle pourrait en fait être la représentation cartographique la plus ancienne de terres connues en Europe.

« Il existe plusieurs cartes de ce type gravées dans la pierre dans le monde entier », admet Clément Nicolas, l’auteur principal de l’étude. Cependant, celle-ci n’est pas tout à fait similaire. « En général, ce ne sont que des interprétations », précise le chercheur. « Mais c’est la première fois qu’une carte représente une zone à une échelle spécifique. »

Mais qu’est-ce qu’une carte comme celle-ci faisait dans le tumulus de Saint-Bélec en premier lieu ? Cela reste l’un des grands mystères de la dalle. Les archéologues pensent que la tombe en question remonte au milieu de l’âge du bronze (entre 1900 et 1640 avant notre ère), mais la dalle elle-même est probablement plus ancienne.

Elle a vraisemblablement été sculptée au début de l’âge du bronze, voire même des décennies ou des siècles auparavant.

Source : BBC