fbpx

Des physi­ciens télé­portent de l’in­for­ma­tion entre deux élec­trons

par   Denis Hadzovic   | 29 juin 2020

Des physi­ciens améri­cains ont réussi pour la première fois à télé­por­ter de l’in­for­ma­tion entre deux élec­trons. Une avan­cée consi­dé­rable qui pour­rait permettre à l’in­for­ma­tique quan­tique de faire un grand pas en avant, rappor­tait le site de l’univer­sité de Roches­ter vendredi 19 juin.

Dans leur étude, publiée par la revue Nature Commu­ni­ca­tions, les cher­cheurs four­nissent une preuve d’in­tri­ca­tion, c’est-à-dire qu’ils sont parve­nus à corré­ler deux élec­trons : malgré la distance qui les sépa­raient, les états de ces parti­cules ont évolué de la même façon, comme s’ils étaient liés l’un à l’autre par magie.

Les scien­ti­fiques expliquent qu’une « porte quan­tique de télé­por­ta­tion » a été ouverte durant l’étude, ce qui n’avait été jusqu’ici réalisé qu’à partir de photons. Cette tech­nique peut s’avé­rer très utile pour l’infor­ma­tique quan­tique, qui offre une immense puis­sance de calculs grâce à la façon dont l’in­for­ma­tion est trans­fé­rée.

Lors de l’ex­pé­rience, les élec­trons ont d’abord été mis en contact pour tenter une intri­ca­tion quan­tique. Ils ont ensuite été sépa­rés, et leurs proprié­tés ont évolué de la même manière malgré la distance. De l’in­for­ma­tion était donc commu­niquée de l’un à l’autre, se trou­vant comme télé­por­tée.

Pour le moment, les scien­ti­fiques recon­naissent que cela fonc­tionne mieux avec des photons, mais cette étude prouve que l’in­tri­ca­tion est aussi possible avec des élec­trons.

Source : Univer­sity of Roches­ter

Plus de turfu