fbpx

Des poli­ciers améri­cains suspen­dus pour avoir violem­ment poussé un homme de 75 ans

par   Pablo Oger   | 5 juin 2020

Des poli­ciers de l’État de New York ont été suspen­dus sans solde jeudi 4 juin au soir pour avoir poussé à terre un homme de 75 ans à terre lors de mani­fes­ta­tions, relate le New York Times ce 5 juin. Le pauvre homme s’est grave­ment blessé à la tête en heur­tant le pavé.

Deux offi­ciers de police de la ville de Buffalo, dans l’État de New York, ont été suspen­dus après qu’une vidéo les a montrés en train de pous­ser un homme de 75 ans au sol. Les images, filmées par un jour­na­liste d’une radio locale, montrent l’homme non iden­ti­fié s’ap­pro­chant d’une file de poli­ciers en tenue anti-émeute.

Un agent le pousse avec une matraque et un autre avec sa main. L’homme tombe alors à la renverse et un fort craque­ment se fait entendre quand l’ar­rière de sa tête heurte le trot­toir. Du sang s’écoule de son oreille droite immé­dia­te­ment après le choc. Atten­tion, les images peuvent choquer.

Two police offi­cers in Buffalo, New York, were suspen­ded after shoving a 75-year-old protes­ter in this inci­dent that was…

Publiée par The New York Times sur Jeudi 4 juin 2020

Cet acte de bruta­lité a lieu alors que les mani­fes­ta­tions font rage aux États-Unis pour dénon­cer les bavures poli­cières après la mort de George Floyd le 25 mai dernier. Le maire de Buffalo, Byron Brown, a déclaré que l’homme était dans un état stable mais grave. Les médias locaux rapportent qu’il a subi une « lacé­ra­tion et une possible commo­tion céré­brale ».

Le gouver­neur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a déclaré pour sa part que l’in­ci­dent était « tota­le­ment injus­ti­fié et tout à fait honteux », ajou­tant que « les poli­ciers doivent faire respec­ter la loi, et non en abuser. » Une enquête est en cours pour déter­mi­ner les circons­tances exactes de l’in­ci­dent et plusieurs agents ont été suspen­dus.

La police améri­caine semble prompte à jeter de l’huile sur le feu dans un contexte déjà tendu.

Source : New-York Times

Plus de monde