fbpx

Des singes menacent d’en­va­hir la centrale nucléaire de Fuku­shima

par   Ulyces   | 11 septembre 2020

Alerte aux singes radio­ac­tifs. Neuf ans après la catas­trophe nucléaire de Fuku­shima, la zone d’ex­clu­sion qui entoure la centrale de Fuku­shima Daii­chi est deve­nue le terri­toire de singes et de sangliers que les auto­ri­tés japo­naises peinent à tenir à distance, nous infor­mait la NPR le 10 septembre.

Au lende­main de l’in­ci­dent compa­rable à celui de Tcher­no­byl, en mars 2011, des centaines de milliers de personnes ont fui la région pour échap­per aux flam­bées de radio­ac­ti­vité provoquées par la fusion des cœurs de trois réac­teurs de la centrale. Près d’une décen­nie plus tard, la campagne qui entoure le site est encore large­ment déser­tée, et la nature y a repris ses droits.

« À l’aube, je suis réveillé par le fracas des singes qui courent sur le toit, enva­hissent les jardins et mangent toute ma nour­ri­ture », témoigne Shui­chi Kanno, un habi­tant du village de Mina­misōma, situé à 30 km de la centrale. « Je dois les combattre. » Pour ce faire, l’homme de 79 ans utilise des feux d’ar­ti­fice four­nis par le gouver­ne­ment japo­nais pour effrayer les macaques. Mais ils ne lui laissent jamais plus de quelques jours de répit.

« J’aime les singes et je ne leur ferais jamais de mal », pour­suit l’homme. « Ce n’est pas de leur faute. C’est la faute de la puis­sance nucléaire. C’est la faute des humains. » Eux qui n’ar­rivent pas à tenir des singes en respect, comment ont-ils pu penser qu’ils pour­raient domp­ter les atomes ?

Source : NPR

Plus de monde