Hormis les traces de gaz artificiels dans notre atmosphère, il y a très peu de preuves que l’humanité existe pour un observateur lointain. Mais selon une nouvelle étude du physicien Zaza Osmanov, la constellation de satellites envoyée en orbite par SpaceX pourrait rendre notre espèce potentiellement détectable par des civilisations extraterrestres, rapportait Forbes le 18 mars.

La société d’Elon Musk est en train de placer ses satellites Starlink en orbite dans le but de créer un réseau Internet haut débit accessible partout dans le monde. Quatre lancements au cours du mois de mars ont permis le déploiement de 240 satellites Starlink supplémentaires, portant le total à 1 300 unités. Ces chiffres font du projet une des premières « mégastructures » de notre civilisation. Et selon l’auteur de l’étude, Zaza Osmanov, cela nous rapproche de notre première « techno-signature » – une preuve de l’utilisation de la technologie détectable depuis l’espace lointain.

« L’un des principaux facteurs est le temps d’observation d’un télescope », a déclaré Osmanov, qui a effectué ses calculs sur la base de la luminosité des satellites Starlink et d’un temps d’observation d’une heure. « Bien que cela dépende aussi de la configuration, on peut estimer grossièrement que le nombre de satellites pour rendre la construction visible à 100 années-lumière devrait être de l’ordre de 30 milliards. » Il suggère également que puisque les satellites Starlink diffusent des signaux radio, le télescope FAST serait capable de les détecter jusqu’à 520 années-lumière de distance.

Pour l’instant, SpaceX ne prévoit d’en lancer « que » 12 000 d’ici 2030, un nombre qui pourrait grimper à 40 000 à plus long terme. On est loin des 30 milliards et au rythme de lancement actuel, le chercheur a calculé qu’il faudrait au moins 800 ans pour que le projet lancé par Elon Musk nous rende visibles aussi loin par sa seule existence. Mais si une civilisation intelligente se trouve plus proche de la Terre et dispose de technologies d’observation plus avancées que celles dont nous disposons, la mégastructure rudimentaire formée par Starlink pourrait bien attirer son attention…

Source : Forbes