fbpx

En 40 ans, ce milliar­daire a fait don de toute sa fortune

par   Sarah Ben Bouzid   | 21 septembre 2020

En 1984, le milliar­daire améri­cain Chuck Feeney s’est engagé à faire don de l’in­té­gra­lité de sa fortune, soit 8 milliards de dollars, de son vivant. Selon le maga­zine Forbes dans un article du 15 septembre, à 89 ans près de 40 années plus tard, c’est enfin mission accom­plie.

Chuck Feeney a cofondé les maga­sins Duty Free avec son parte­naire Robert Miller, en 1960. À l’in­verse de beau­coup de milliar­daires, qui donnent peu ou attendent leur mort pour rever­ser une partie de leur fortune à des orga­nismes de bien­fai­sance, lui l’a fait de son vivant. Après avoir mis de côté deux millions de dollars pour s’as­su­rer une retraite confor­table à lui et son épouse, Feeney a donné tout le reste. Il voulait au départ faire ses dons de manière anonyme, jusqu’à ce qu’un procès en 1997 le force à révé­ler ses béné­fi­ciaires.

Chuck Feeney a ainsi dépensé 350 millions de dollars pour trans­for­mer l’île Roose­velt de New York, long­temps négli­gée, en un vaste centre d’in­no­va­tion tech­no­lo­gique. Il a consa­cré 3,7 milliards de dollars à l’édu­ca­tion, 870 millions de dollars pour la défense de droits de l’homme et de causes sociales progres­sistes. Il a consa­cré 62 millions de dollars à l’abo­li­tion de la peine de mort aux États-Unis et 76 millions de dollars pour l’Oba­ma­care. Il a égale­ment versé 176 millions de dollars au Global Brain Health Insti­tute de l’uni­ver­sité de Cali­for­nie, et 700 millions de dollars à d’autres orga­nismes liés à la recherche médi­cale.

« Je ne vois pas de raison de retar­der ses dona­tions alors qu’il est possible de faire du bien en soute­nant des causes qui en valent la peine », a déclaré Chuck Feeney. « Il est beau­coup plus amusant de donner de son vie que lorsqu’on est mort. » Respect.

Source : Forbes

Plus de monde