En Norvège, 97 % des bouteilles en plas­tique sont recy­clées grâce à un système révo­lu­tion­naire

par   Laura Boudoux   | 11 mars 2019

« C’est un système qui fonc­tionne. De nombreux pays pour­raient en tirer des leçons », affirme Kjell Olav Maldum, le direc­teur géné­ral d’In­fi­ni­tum. Cette orga­ni­sa­tion norvé­gienne gère le système de récu­pé­ra­tion des bouteilles et canettes en plas­tique du pays, afin de les recy­cler. Une inven­tion qui permet aujourd’­hui à la Norvège de recy­cler 97 % des conte­nants de bois­sons en plas­tique, rapporte le Guar­dian. 92 % sont même de nouveau trans­for­més en bouteilles ou canettes, jusqu’à plus de 50 fois.

D’après Kjell Olav Maldum, seul 1 % des bouteilles en plas­tique consom­mées en Norvège finissent dans la nature. Le système repose prin­ci­pa­le­ment sur une taxe envi­ron­ne­men­tale régres­sive, appliquée aux entre­prises produi­sant ce type de déchets plas­tique. Plus elles recyclent, plus le montant de l’im­pôt est réduit. Si ces entre­prises parviennent collec­ti­ve­ment à recy­cler plus de 95 % de leurs déchets, ce qu’ils font chaque année depuis 2011, ils ne paient pas la taxe.

Les consom­ma­teurs ont eux aussi leur rôle à jouer. Une consigne pouvant aller de 0,10 à 0,30 € est ainsi appliquée lors de chaque achat de bouteille ou canette, et peut être récu­pé­rée sous forme de monnaie ou de bons d’achat. Les embal­lages vides sont ensuite scan­nés au comp­toir du maga­sin, ou sur des machines instal­lées dans la rue, avant d’être recy­clés. « Nous pensons avoir inventé le système le plus effi­cace et le plus écolo­gique au monde. Notre objec­tif est de faire réali­ser aux gens qu’ils achètent le produit, mais qu’ils ne font qu’em­prun­ter l’em­bal­lage », résume Kjell Olav Maldum.

Source : The Guar­dian

Premium WordPress Themes Download
Download Best WordPress Themes Free Download
Download Premium WordPress Themes Free
Download WordPress Themes
udemy course download free

Plus de monde