fbpx

Il sera possible de faire disper­ser ses cendres sur la Lune dès 2021

par   Sarah Ben Bouzid   | 21 novembre 2020

En juillet 2021, une fusée Vulcan Centaur décol­lera depuis la Floride pour dépo­ser le lander Pere­grine One dans une zone située au nord-est de la Lune appe­lée Lacus Mortis. Cette mission, super­vi­sée par la NASA, trans­por­tera notam­ment des capsules conte­nant les cendres de défunts, rappor­tait Space.com le 17 novembre.

La société Celes­tis, qui propose à ses clients de disper­ser les cendres de leurs proches sur la Lune, a baptisé ce vol « Luna 02 Tranquillité », en hommage à la mer de la Tranquillité, cette vaste plaine lunaire où s’est posé l’équi­page d’Apollo 11. Selon Charles Chafer, co-fonda­teur et PDG de Celes­tis, il s’agit du lieu de repos final des parti­ci­pants et de leurs familles. « Notre service Luna est l’un des plus popu­laires, car il offre aux familles et à leurs proches un service hors-planète et nous rappelle constam­ment en regar­dant le ciel nocturne le lieu de repos final d’un être cher », dit-il.

En 1998, le vol Luna 01 de Celes­tis avait déjà envoyé les cendres de l’as­tro­géo­logue Eugene Shoe­ma­ker sur la Lune à bord du vais­seau Lunar Pros­pec­tor de la NASA. À la fin des 19 mois d’in­ves­ti­ga­tion de la sonde à sa surface, Lunar s’est déli­bé­ré­ment écrasé à l’in­té­rieur d’un cratère près du pôle lunaire sud le 31 juillet 1999. Ce lieu est donc dédié à Shoe­ma­ker.

« Alors que l’hu­ma­nité s’étend au-delà des limites d’une seule planète, il est parti­cu­liè­re­ment appro­prié que nous empor­tions avec nous nos rituels, nos célé­bra­tions et nos commé­mo­ra­tions », ajoute Chafer. Les réser­va­tions pour le vol Luna 02, dont le prix affi­ché était de 10 500 euros, sont désor­mais closes. Un grand nombre de cendres appar­te­nant à des personnes très diffé­rentes auront la chance de parti­ci­per à cet ultime voyage spatial.

Parmi eux, des ingé­nieurs aéro­spa­tiaux, un métal­lur­giste, un cadre de compa­gnie aérienne, un profes­seur de mathé­ma­tiques britan­nique et un profes­seur de chimie améri­cain. On y retrouve aussi l’ADN du légen­daire auteur de science-fiction Arthur C. Clarke. Les réser­va­tion sont ouvertes pour le futur vol Luna 03.

Source : Space.com

Plus de turfu