fbpx

Il serait moins cher et plus rapide de passer par Vénus pour aller sur Mars

par   Denis Hadzovic   | 8 juillet 2020

Le retour sur la Lune prévu pour 2024 n’est qu’un avant-goût du grand voyage qui attend l’hu­ma­nité : rejoindre la planète rouge dans l’op­tique d’y déve­lop­per une vie durable. Mais des cher­cheurs suggèrent qu’il serait plus simple pour y parve­nir de faire une escale sur Vénus, rappor­tait Space mardi 7 juillet.

Un itiné­raire moins coûteux et plus rapide vers la planète Mars a peut-être été décou­vert. Pour en profi­ter, les futurs voya­geurs spatiaux devraient passer par Vénus, selon Noam Izen­berg, astro­géo­logue à l’uni­ver­sité Johns-Hopkins. Izen­berg et ses collègues ont publié une étude à ce sujet, dans laquelle ils expliquent que ce passage sur Vénus est essen­tiel pour une mission spatiale en direc­tion de Mars. « Vénus est la clé pour aller sur Mars », affirme Kirby Runyon, auteur de l’étude.

Les scien­ti­fiques décrivent deux moyens pour s’y rendre. La première option est de voya­ger entre les deux planètes lorsque ces dernières sont alignées dans leur orbite. Ce qui veut signi­fie qu’une fois sur place, les astro­nautes devront attendre de nouveau l’ali­gne­ment des planètes pour pouvoir rentrer, soit envi­ron un an et demi d’at­tente.

La seconde option est de passer par Vénus et d’uti­li­ser sa gravité pour réduire l’éner­gie utili­sée pendant le voyage. Cela permet­trait d’éco­no­mi­ser du carbu­rant dans des propor­tions consi­dé­rables et donc de réali­ser un vol moins cher. Cette option est celle soute­nue par les cher­cheurs.

De plus, les orbites de Mars et de la Terre ne s’alignent que tous les 26 mois, tandis que les astro­nautes pour­raient voya­ger en passant par Vénus tous les 19 mois. La seconde option est non seule­ment moins chère, mais égale­ment plus rapide car ils ne devront ainsi rester que quelques mois sur Mars, au lieu d’un an et demi.

Source : Space.com

PLUS DE SCIENCE