fbpx

Il y a bien une planète très semblable à la Terre dans le système solaire voisin

par   Valentin Trawicki   | 29 mai 2020

Son exis­tence est soupçon­née depuis 2013, mais sept ans après, des astro­nomes de l’uni­ver­sité de Genève viennent de confir­mer la présence d’une exopla­nète semblable à la Terre, orbi­tant autour de Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche de notre système solaire, d’après The Inde­pendent.

Proxima B est une exopla­nète d’une masse équi­va­lente à 1,17 Terre, soit à pleine plus grosse que notre planète bleue. Elle met envi­ron 11 jours à réali­ser une orbite autour son étoile et se trouve dans la zone habi­table de son système. Les cher­cheurs ont pu la repé­rer grâce au Spec­tro­graphe échelle pour l’ob­ser­va­tion de planètes rocheuses et des obser­va­tions spec­tro­sco­piques stables (ESPRESSO), installé sur un téles­cope au Chili.

Proxima du Centaure se trouve à envi­ron 4,2 années-lumière du Soleil. En l’état des tech­no­lo­gies actuelles, il faudrait 73 000 ans pour se poser sur Proxima B, mais ne déses­pé­rons pas. Cette dernière est envi­ron 20 fois plus proche de son étoile que la Terre ne l’est du Soleil, mais reçoit des quan­ti­tés d’éner­gie compa­rables. Si l’on découvre la présence d’eau liquide à sa surface ou d’oxy­gène dans son atmo­sphère, il se pour­rait qu’elle abrite une vie extra­ter­restre. Il est impos­sible de le confir­mer pour le moment.

Il se pour­rait aussi qu’une seconde exopla­nète de ce calibre soit en orbite autour de l’étoile, car les cher­cheurs ont décelé un deuxième signal dans les données, sans pouvoir en déter­mi­ner l’ori­gine avec certi­tude.

« Si le signal était d’ori­gine plané­taire, cette autre planète poten­tielle accom­pa­gnant Proxima b aurait une masse infé­rieure à un tiers de la masse de la Terre. Il s’agi­rait alors la plus petite planète jamais mesu­rée par la méthode de la vitesse radiale », a déclaré le profes­seur Pepe, du dépar­te­ment d’as­tro­no­mie de la faculté des sciences de l’UNIGE.

Pour le moment, on se conten­tera tout à fait d’une seule planète.

Source : The Inde­pendent 

PLUS DE SCIENCE