fbpx

Il y aurait 37 volcans actifs à la surface de Vénus

par   Denis Hadzovic   | 21 juillet 2020

Des scien­ti­fiques ont iden­ti­fié pas moins de 37 volcans actifs sur Vénus. Une décou­verte qui permet aux cher­cheurs d’en apprendre plus sur cette planète qu’ils pensaient jusqu’ici plutôt inerte d’un point de vue géolo­gique, rappor­tait Vice lundi 20 juillet.

Dans leur étude, publiée lundi dans Nature Geos­cience, les scien­ti­fiques sont parve­nus à voir au-delà de l’épaisse atmo­sphère nuageuse de Vénus. Menée par Anna Gülcher, une géophy­si­cienne suédoise, l’équipe a réussi à créer un modèle de l’ac­ti­vité géolo­gique de la planète à l’aide de certaines connais­sances de sa surface, et ils ont décou­vert qu’il pour­rait y avoir en ce moment-même de nombreuses érup­tions volca­niques vénu­siennes.

« Notre étude consti­tue une nouvelle preuve de l’ac­ti­vité magma­tique et tecto­nique récente à la surface de Vénus », déclarent Anna Gülcher et ses collègues. Mais leurs travaux ne permettent pas de comprendre préci­sé­ment le fonc­tion­ne­ment de l’ac­ti­vité volca­nique sur Vénus, puisque celle-ci est bien diffé­rente que celle que l’on peut obser­ver sur Terre.

Vénus est en effet marquée par des centaines de « couronnes », des struc­tures circu­laires qui indiquent une acti­vité géolo­gique. Ces dernières sont créées par l’in­te­rac­tion entre la remon­tée de roches chaudes en fusion prove­nant du manteau plané­taire et la couche exté­rieure du manteau, appe­lée la litho­sphère.

Schéma d’un panache géolo­gique

Les modèles 3D des cher­cheurs ont permis d’iden­ti­fier les volcans actifs sur la planète. Selon leurs résul­tats, au moins 37 volcans seraient actifs en ce moment sur Vénus. L’étude permet aux scien­ti­fiques de mieux comprendre l’ac­ti­vité géolo­gique de cette planète hostile, mais de nombreux mystères planent encore.

C’est pourquoi l’équipe de Gülcher affirme que ces couronnes seraient « d’in­té­res­santes cibles pour des inves­ti­ga­tions plus pous­sées lors de futures missions spatiales ». Ces dernières collec­te­ront davan­tage d’in­for­ma­tions sur la topo­gra­phie et la géody­na­mique de Vénus, offrant ainsi une meilleure compré­hen­sion de l’évo­lu­tion du système terrestre.

Source : Vice

PLUS DE SCIENCE