La crème de coke, dernière inno­va­tion des trafiquants de drogue pour passer les fron­tières

par   Ulyces   | 6 décembre 2016

1-1Crédits : BioBioC­hile La cocaïne cachée dans des bouteilles de sham­poing, on connais­sait. Mais la crème de cocaïne, ça, c’est une nouveauté. Il s’agi­rait de la nouvelle méthode fétiche des trafiquants pour passer les fron­tières. D’après le site inter­net chilien BioBioC­hile, les auto­ri­tés du pays ont décou­vert trois bouteilles de sham­pooing remplies d’une crème blanche et épaisse, dans les bagages du passa­ger d’un auto­bus qui circu­lait dans le nord du pays. « C’est la première fois que nous décou­vrons des drogues à l’état semi-solide et chimique­ment modi­fiées pour ne déga­ger aucune odeur », a expliqué Ricardo Acei­tuno, le direc­teur régio­nal des douanes. Un rapport indique qu’1,75 kilo­grammes d’hy­dro­chlo­rure de cocaïne auraient été décou­verts. Le passa­ger qui trans­por­tait la drogue était péru­vien et voya­geait entre Lima et la ville chilienne de La Serena. En Amérique du Sud, les trafiquants ont déve­loppé une quan­tité impres­sion­nante de tech­niques pour passer outre les contrôles des doua­niers. La cocaïne est souvent dissi­mu­lée dans des cargai­sons de pois­son (ce qui permet de masquer l’odeur de la marchan­dise), dans des tamales (une sorte d’em­pa­na­das) ou encore dans des bonbons. Désor­mais, en alté­rant chimique­ment la cocaïne, les trafiquants sont capables de la trans­por­ter de bien d’autres manières. Au temps de Pablo Esco­bar, la cocaïne circu­lait égale­ment à l’état liquide, ce qui la rendait bien plus diffi­cile à détec­ter par les chiens anti-drogues. Elle était le plus souvent mélan­gée à de l’acé­tone, à de l’es­sence, à des solvants en tout genre, et ensuite impré­gnée dans des vête­ments, du papier, infu­sée dans du riz ou cachée dans des sex toys. Pour rame­ner la cocaïne à l’état solide depuis un état liquide ou semi-liquide, elle peut être portée à ébul­li­tion jusqu’à l’éva­po­ra­tion totale des solvants. Désor­mais, certains narco-trafiquants utili­se­raient égale­ment des drones ou des cata­pultes pour expé­dier ou trans­por­ter leur marchan­dise. Source : BioBioC­hile

Free Download WordPress Themes
Download WordPress Themes
Download WordPress Themes Free
Download WordPress Themes Free
download udemy paid course for free