fbpx

La tombe d’un couple de guer­riers antiques décou­verte en Sibé­rie

par   Sarah Ben Bouzid   | 9 octobre 2020

En Sibé­rie, des archéo­logues ont décou­vert une tombe vieille de 2 500 ans conte­nant les sque­lettes et les arte­facts d’un couple de guer­riers, d’un enfant d’un mois et d’une femme âgée, tous issus de la culture de Tagar. Selon Live Science le 1er octobre, les cher­cheurs ne sont pas encore parve­nus à déter­mi­ner la cause précise de leur mort.

Ils émettent pour l’ins­tant l’hy­po­thèse qu’une mala­die les a empor­tés, malgré leur forte consti­tu­tion. Des poignards en bronze, des couteaux, plusieurs haches, des miroirs en bronze et un peigne fabriqué à partir d’une corne d’ani­mal consti­tuent les prin­ci­pales trou­vailles de cette fouille.

Scythian Warrior Couple GraveScythian Warrior Couple Grave

La culture de Tagar, datée de 800 av. J.-C. à 300 av. J.-C., se compose essen­tiel­le­ment de guer­riers nomades qui vivaient dans le sud de la Sibé­rie actuelle. Les Tagars enter­raient souvent leurs morts avec des objets person­nels, pensant proba­ble­ment qu’ils pouvaient les accom­pa­gner dans l’au-delà. Il est donc logique qu’on retrouve des guer­riers enter­rés avec leurs armes.

L’ana­lyse des restes du couple de guer­riers, homme et femme, a montré qu’ils sont proba­ble­ment morts dans leur tren­taine ou quaran­taine. Placés sur le dos, chacun d’eux avait de grands réci­pients en céra­mique à côté de lui, ainsi que des poignards en bronze et des haches. Les restes du nouveau-né ont pour leur part été épar­pillés. Quant à la femme âgée, elle devait sûre­ment avoir 60 ans. Leurs possibles liens de parenté n’ont pas été prou­vés.

Source : LiveS­cience

PLUS DE SCIENCE