fbpx

Le plus grand physi­cien nucléaire iranien aurait été tué par une mitrailleuse contrô­lée par satel­lite

par   Sarah Ben Bouzid   | 8 décembre 2020

Le 27 novembre à l’ex­té­rieur de Téhé­ran, le plus grand scien­ti­fique nucléaire iranien a été abattu. Selon un comman­dant du Corps des Gardiens de la révo­lu­tion isla­mique, c’est une « smart » mitrailleuse contrô­lée par satel­lite, de facture israé­lienne, qui a fait le coup, a rapporté la BBC le 7 décembre.

Mohsen Fakh­ri­za­deh a bien été abattu dans un convoi à l’ex­té­rieur de Téhé­ran, le 27 novembre dernier. L’Iran accuse désor­mais Israël d’avoir orches­tré son assas­si­nat au moyen d’une mitrailleuse dotée d’un système d’in­tel­li­gence arti­fi­ciel. Des accu­sa­tions qu’Is­raël n’a pour l’ins­tant ni confir­mées, ni niées. Le Guide suprême de l’Iran, l’Aya­tol­lah Ali Khame­nei, a juré de le venger, exigeant la « puni­tion défi­ni­tive » de ceux qui sont derrière cet acte. Mais il  convient de souli­gner que cette attaque dysto­pique n’a encore été véri­fiée par personne d’autre que les diri­geants iraniens.

Lors des funé­railles de Fakh­ri­za­deh, qui ont eu lieu ce dimanche, le chef du Conseil suprême de sécu­rité natio­nale iranien a déclaré qu’il s’agis­sait d’une attaque à distance, utili­sant des « méthodes élec­tro­niques spéciales », sans donner plus de détails. Puis c’est le géné­ral Fadavi, comman­dant adjoint du Corps des Gardiens de la révo­lu­tion, qui a déclaré en marge de la céré­mo­nie qu’il avait été abattu au moyen d’une mitrailleuse montée sur un pick-up Nissan « équi­pée d’un système de satel­lite intel­li­gent qui zoomait sur le martyr Fakh­ri­za­deh » et qui « utili­sait l’intel­li­gence arti­fi­cielle ».

Mohsen Fakh­ri­za­deh était à la tête de l’Or­ga­ni­sa­tion iranienne de l’in­no­va­tion et de la recherche défen­sive. Des sources de sécu­rité israé­liennes et occi­den­tales affirment qu’il a joué un rôle impor­tant dans le programme nucléaire iranien, et qu’il a notam­ment dirigé le « Projet Amad », un programme secret que l’Iran a mis en place en 1989 pour mener des recherches sur la bombe nucléaire. Mais le projet a été arrêté en 2003, selon l’Agence inter­na­tio­nale de l’éner­gie atomique.

Cepen­dant, le Premier ministre israé­lien Benya­min Neta­nya­hou a déclaré en 2018 que Fakh­ri­za­deh diri­geait un programme qui pour­sui­vait secrè­te­ment les travaux du Projet Amad. L’Iran insiste pour sa part sur le fait que son programme nucléaire est entiè­re­ment paci­fique et qu’il n’a jamais cher­ché à se doter d’une arme nucléaire.

Source : BBC

Plus de turfu