fbpx

Les dauphins roses profitent de la pandé­mie pour faire leur retour à Hong Kong

par   Sarah Ben Bouzid   | 21 octobre 2020

Depuis le début de la pandé­mie, les eaux de Hong Kong sont beau­coup plus calmes qu’à l’ha­bi­tude, le trafic des ferries est moins dense et le commerce mari­time est en net ralen­tis­se­ment. Cette accal­mie a permis le retour des dauphins roses de delta de la rivière des Perles, une espèce pour­tant mena­cée par le trafic mari­time dans la région, expliquait Vice le 20 octobre.

Le delta de la rivière des Perles s’étend de la ville chinoise de Guangz­hou, au nord, à Macao, au sud. Il est connu pour être l’un des estuaires les plus indus­tria­li­sés du monde. Mais c’était aussi l’ha­bi­tat de prédi­lec­tion des dauphins roses et blancs de Chine, deux espaces rares dont la popu­la­tion de la première a dimi­nué de 70 à 80 % au cours des 15 dernières années.

Or, les défen­seurs de l’en­vi­ron­ne­ment ont noté que depuis l’ar­rêt du trafic mari­time entre Hong Kong et Macao, leur nombre a augmenté d’en­vi­ron un tiers. Le Dr Lind­say Porter, une scien­ti­fique marine basée à Hong Kong, déclare que son équipe a observé des groupes de dauphins roses de plus grande taille, ainsi que des compor­te­ments de socia­li­sa­tion et d’ac­cou­ple­ment plus nombreux.

Cepen­dant, les experts craignent toujours qu’ils ne dispa­raissent, car la région métro­po­li­taine du delta de la rivière des Perles compte 22 millions d’ha­bi­tants. Ainsi, outre le trafic mari­time intense, l’ha­bi­tat des dauphins roses est menacé par les pertur­ba­tions humaines telles que les aména­ge­ments côtiers et la pollu­tion de l’eau.

D’au­tant plus que les dauphins dépendent forte­ment du son pour navi­guer et commu­niquer entre eux. Mais le bruit généré par le trafic mari­time les stresse et peut même entraî­ner une perte d’au­di­tion, voire la mort de ces fragiles animaux. Les navires peuvent aussi les frap­per ou les bles­ser s’ils sont déso­rien­tés. Les voir reve­nir chez eux est un soula­ge­ment, mais il risque d’être de courte durée.

Source : Vice

Plus de monde