fbpx

Les trafiquants de cocaïne surchargent leurs cargai­sons pour l’Eu­rope à cause du coro­na­vi­rus

par   Valentin Trawicki   | 3 avril 2020

Il semble­rait que les narcos avaient prévu le ralen­tis­se­ment des échanges inter­na­tio­naux de marchan­dises en raison de la pandé­mie de Covid-19. Sur toute la période du mois de mars, les cargai­sons de cocaïne à desti­na­tion de l’Eu­rope étaient bien plus impor­tantes qu’à l’ac­cou­tu­mée. Plus parti­cu­liè­re­ment Anvers, une des plaques tour­nantes du trafic, où les doua­niers ont inter­cepté une quan­tité anor­male de cocaïne, rappor­tait Ouest-France le 1er avril.

Les 27 et 30 mars derniers, sur le port d’An­vers, plus d’1,6 tonne de cocaïne a été saisie par les douanes sur trois cargai­sons. Le 16 mars dernier à l’aé­ro­port de Bruxelles-Zaven­tem, c’était 350 kg de poudre qui étaient inter­cep­tés par les doua­niers belges. Pour leur direc­teur Kris­tian Vander­wae­ren, cet envoi massif était prévu de longue date par les cartels sud-améri­cains : « La mafia en Amérique du Sud s’est orga­ni­sée et a placé le plus possible de marchan­dises dans les conte­neurs, sachant que le trafic de conte­neurs vers l’Eu­rope va dimi­nuer dans les mois à venir », explique-t-il.

L’épi­dé­mie à un impact sur tous les secteurs du travail, même le trafic de drogue inter­na­tio­nal. Si le trafic de stupé­fiants pour­rait se voir ralenti dans les prochains mois, il est possible qu’il augmente consi­dé­ra­ble­ment au terme de ce confi­ne­ment mondial, les périodes de sur-consom­ma­tion de cocaïne en Europe s’éten­dant géné­ra­le­ment des vacances d’été jusqu’à la période de Noël.

En 2019 sur le port d’An­vers, près de 62 tonnes de cocaïne ont été saisies, dont envi­ron 60 % prove­nait de trois pays : Brésil, Équa­teur et Colom­bie.

Source : Ouest-France

Plus d'epic