fbpx

Saisie record d’un milliard de dollars en bitcoins de trafiquants du dark web

par   Sarah Ben Bouzid   | 7 novembre 2020

Le dépar­te­ment de la Justice améri­cain vient de procé­der à la saisie de plus d’un milliard de dollars en bitcoins (envi­ron 850 millions d’eu­ros) sur un compte appar­te­nant à Silk Road, le eBay de la drogue déman­telé en 2013, a annoncé la BBC le 5 novembre.

Au début de la semaine, des obser­va­teurs de l’uni­vers des cryp­to­mon­naies ont remarqué qu’en­vi­ron 70 000 bitcoins avaient été vidés d’un mysté­rieux compte lié au dark web, dormant depuis sept ans. Personne n’avait jamais réussi à percer sa clé de chif­fre­ment, aussi a-t-on d’abord cru qu’un hacker avait fini par réus­sir à ouvrir le coffre-fort de Silk Road.

Silk Road était un genre d’Ama­zon du dark web sur lequel on pouvait ache­ter n’im­porte quoi d’illé­gal, de la drogue aux cartes de crédit volées en passant par les services de des tueurs à gage. Il a été fermé par le gouver­ne­ment améri­cain en 2013, après une enquête digne d’un film.

Son créa­teur, Ross Ulbricht, alias Le Terrible Pirate Robert, a été condamné à purger deux peines de prison à vie après avoir été reconnu coupable de blan­chi­ment d’argent, de pira­tage infor­ma­tique et de conspi­ra­tion pour trafic de stupé­fiants…

Mais après la fin de son procès en 2015, un milliard de dollars se trou­vaient toujours dans la nature. Fina­le­ment, l’unité d’enquête crimi­nelle du service des impôts améri­cains a passé au crible toutes les tran­sac­tions en bitcoins qui avaient été exécu­tées par Silk Road pour en retrou­ver la trace.

Cela les a conduit à une adresse appar­te­nant au mysté­rieux « indi­vidu X », un hacker non-iden­ti­fié qui serait parvenu à siphon­ner les porte­feuilles cryp­tos de Silk Road.

Le dépar­te­ment de la Justice a fina­le­ment réussi à son tour à prendre le contrôle des avoirs le 3 novembre dernier. Les fonds sont main­te­nant sujets à confis­ca­tion. Il s’agit de la plus grande quan­tité de cryp­to­mon­naie saisie à ce jour par les auto­ri­tés améri­caines.

Source : BBC

Plus d'epic