fbpx

Un centre de forma­tion pour soldats saou­diens va ouvrir en France

par   Denis Hadzovic   | 3 juillet 2020

La France s’ap­prête à ouvrir un centre de forma­tion flam­bant neuf pour accueillir et former des mili­taires saou­diens au manie­ment d’armes nouvelle géné­ra­tion. Le centre a déjà été construit dans la Meuse, nous appre­nait une enquête de La Chro­nique, le média d’Am­nesty Inter­na­tio­nal, jeudi 2 juillet.

En 2011, le PDG de John Cocke­rill, un groupe inter­na­tio­nal d’in­gé­nie­rie basé en Belgique et très investi dans le secteur de la défense, a informé le ministre de la Défense Gérard Longuet que l’en­tre­prise était sur le point de décro­cher un impor­tant contrat mili­taire avec l’Arabie saou­dite.

« J’au­rai peut-être besoin d’un site pour accueillir des stagiaires sur du maté­riel mili­taire que j’ai l’in­ten­tion de vendre », avait alors confié au ministre Bernard Serin, le PDG de John Cocke­rill. « Mais il me faut la possi­bi­lité d’uti­li­ser des terrains de manœuvre français pour essayer de vendre le maté­riel. » Ces propos ont été rappor­tés par Gérard Longuet lui-même.

L’Ara­bie saou­dite devait ainsi rache­ter le bâti­ment pour en faire son centre de forma­tion et en contre­par­tie, l’Ar­mée de terre l’au­to­ri­se­rait à utili­ser le terrain dans des condi­tions précises. Un deal plus que contro­ver­ser qui s’ap­prête à se concré­ti­ser aujourd’­hui sur le site de Commercy, une commune de 6 000 habi­tants de la Meuse. Les soldats saou­diens y seront formés en salles de classes avec des simu­la­teurs, et s’en­traî­ne­ront au manie­ment de tourelles-canons à l’ex­té­rieur.

L’Ara­bie saou­dite mène depuis cinq ans une guerre sanglante au Yémen, quali­fiée de « pire catas­trophe huma­ni­taire au monde » par les Nations Unies. La France accueillera sur son terri­toire, en viola­tion des trai­tés inter­na­tio­naux, une entre­prise qui fabrique les armes utili­sées dans ce conflit et sur lesquelles les soldats saou­diens seront formés. Un nouveau scan­dale qui s’ajoute aux armes que la France vend déjà aux Saou­diens.

Source : La Chro­nique

Plus de monde