Si l'accès à Mars est pour l'heure réservé à une élite, Elon Musk assure pourtant que la colonisation sera démocratique.

par Servan Le Janne | 10 min | 29/11/2018

Soleil rouge

Assis au dernier rang, dans le Jet Propulsion Laboratory de Pasadena, en Californie, Tom Hoffman sautille sur sa chaise. « Insight voyage maintenant à une vitesse de 2 000 mètres par seconde », entend le directeur de cette mission spéciale de la NASA dans son casque, comme les dizaines d’ingénieurs réunis ce lundi 26 novembre 2018. À 227 937 millions de kilomètres de là, une boule de feu suivie d’une traîne orangée franchit l’atmosphère de Mars. Périlleuse traversée. Lorsque, ayant perdu des couleurs, la sonde déploie son parachute, une salve d’applaudissements claque à Pasadena. La voix entame alors un compte à rebours précis. « 600 mètres, 400, 200, 80, 60, 30, 20, 17… » Un silence anxieux flotte dans la salle. Sitôt l’ « atterrissage confirmé », si tant est qu’on puisse parler d’atterrissage ailleurs que sur Terre, elle est le théâtre d’une scène de liesse digne d’un film hollywoodien. Sous les clameurs, Tom Hoffman tombe dans les bras de ses collègues.

Insight est arrivée à bon port
Crédits : NASA

« Aujourd’hui, nous nous sommes posés sur Mars pour la huitième fois dans l’histoire humaine », se réjouit l’administrateur de la NASA Jim Bridenstine. « Insight va étudier le sol de Mars et elle nous apprendra des choses utiles pour préparer les astronautes à se rendre sur la Lune et plus tard sur Mars. » Plus tard, ce sera trop tard pour Elon Musk. Alors que la NASA compte envoyer ses astronautes sur la planète rouge en 2030, le patron de SpaceX assure qu’il pourra y construire une base dès 2028. Dans cette optique, six cargaisons suivront les pas d’Insight à partir de 2022. Leur matériel permettra à l’équipage envoyé deux ans plus tard d’entamer le chantier. Au cours d’une interview tournée le 25 novembre 2018 pour le dernier épisode de la série documentaire de HBO Axios, le milliardaire a confié avoir « 70 % de chance » de faire partie de l’aventure.

À condition de trouver « quelques centaines de milliers de dollars », n’importe quel particulier devrait selon lui pouvoir en faire de même. D’ailleurs, ce n’est pas exactement une vie de nanti qui les attend. « Ça va être dur. Il y a de grandes chances de mourir », avertit l’entrepreneur. « Imaginez-vous voyager dans une petite cabine à travers l’espace ; vous pouvez éventuellement atterrir avec succès, mais il faudra ensuite travailler non-stop sur la base, sans beaucoup de temps libre pour les loisirs. » Étant donné « l’environnement très difficile » de la planète, l’entreprise « pense que ces voyageurs pourraient revenir sur Terre, mais n’en est pas sûre ». Il faut donc un certain courage. « Est-ce que cela ressemble à une sortie de secours réservée aux gens riches ? » interroge ironiquement Elon Musk.

La société martienne sera-t-elle démocratique pour autant ? Le discret « atelier sur Mars » organisé par SpaceX en août 2018, garni d’invités triés sur le volet, suggère le contraire. « Vous pouvez voir l’espace comme la Californie du XVIIe siècle », remarque François Chopard. Son exploration sera comparable à la « ruée vers l’or », pour ce PDG de l’incubateur de start-up aéronautiques et spatiales Starburst. Autrement dit, les premiers arrivés seront les premiers servis. Et il se pourrait bien que les compagnies privées, comme jadis les vendeurs de pelles, raflent la mise. « À un moment, l’espace sera privé », jure-t-il. « Vous posséderez un astéroïde, un morceau de galaxie et vous en ferez commerce. Si une entreprise se rend sur Mars, elle voudra une propriété. Ça ne va pas rester libre et pur. »

Pour Stephen Petranek, journaliste scientifique américain et auteur du livre How We’ll Live on Mars, la découverte de la planète rouge ne se passera pas exactement comme la colonisation de l’Amérique : « Les gens ne vont pas mourir comme c’est arrivé à Jamestown quand les Européens sont arrivés. Il y aura probablement une colonie composée de dizaines de milliers de personnes dans les 35 années à venir. » Cet écrivain fasciné par l’espace a rencontré Elon Musk pour son livre. Le milliardaire lui a confié qu’il entendait envoyer quelque 80 000 personnes sur la planète rouge d’ici 2050. Ensuite, la population pourrait bien y atteindre le million. Tout ce monde va donc devoir s’organiser pour cohabiter.

Mars 2035
Crédits : SpaceX

La ruée

En comparant Mars et Jamestown, Stephen Petranek oublierait presque un détail. Au moins l’air était-il respirable aux États-Unis. À leur arrivée sur la quatrième planète du système solaire, les astronautes « vont devoir rester à l’intérieur pour ne pas s’exposer aux radiations », reconnaît-il. « Donc les gens vivront surtout sous le sol ou dans des habitats très protégés. » Aussi, les travaux d’Insight pourraient bien leur être utiles. La sonde « va nous donner une vision 3D de l’intérieur de Mars », décrit Tom Hoffman. « Elle va vivre plusieurs secousses sismiques. Nous savons que Mars n’a pas de plaque tectonique mais nous avons des preuves de séismes. » Plutôt que de mettre ses hommes sous la surface, la NASA compte enfermer son équipe dans un grand tube pendant trois ans, sans possibilité de sortie.

La terraformation – dont la démonstration reste à faire – risquant de prendre du temps, Stephen Petranek envisage « des hommes génétiquement modifiés, capables de survivre à un environnement où les radiations sont fortes ». En revanche, à l’instar des colons américains, ceux qui se rendront sur Mars « amèneront leurs propres cultures et une nouvelle société va évoluer », songe-t-il. D’ailleurs, les dizaines de milliers de personnes qui se sont inscrites au programme Mars One essayent déjà de la faire vivre. Lancé par l’ingénieur néerlandais Bas Lansdorp, ce projet a pour ambition de former une colonie martienne dès 2032. Il questionne la capacité de notre société à « développer des normes éthiques et morales pour régir notre comportement dans l’espace extra-atmosphérique » et examine « les dilemmes pour ceux qui seront envoyés dans l’espace par une entité privée », note Dorte Jessen dans un article universitaire sur le sujet.

Mars a beau demeurer une terra incognita, la culture qu’y apporteront les êtres humains, comme le dit justement Stephen Petranek, aura son importance. Or, un corps de normes existe déjà. Le traité de l’espace signé en 1967 reconnaît le droit à tous les pays de l’explorer librement sans se l’approprier. « La Lune et ses ressources naturelles sont l’héritage commun de l’espèce humaine et un régime international devrait être établi pour gouverner l’exploitation de ses ressources quand leur exploitation sera devenue possible », ajoute l’agence des Nations unies pour l’espace (UNOOSA). Cela dit, les acteurs privés intéressés rétorquent que cela n’engage que les États, se réservant ainsi le droit d’extraire les minéraux voulus.

« La forme de gouvernement la plus adaptée sur Mars serait probablement la démocratie directe. »

Après le départ du premier touriste de l’espace, Dennis Titot, pour la Station spatiale internationale en 2001, l’Agence spatiale européenne (ESA) a publié un article plaidant pour une réflexion à la croisée des différentes sciences sociales sur la place de l’être humain dans l’univers. Les explorateurs ne sont pas hermétiques à ces réflexions. « La forme de gouvernement la plus adaptée sur Mars serait probablement la démocratie directe, et non représentative », a déclaré Elon Musk à la Code Conference 2016. « Ainsi, le peuple voterait directement pour résoudre les problèmes. Je pense que c’est mieux, car cela réduit considérablement la possibilité de la corruption, contrairement à la démocratie représentative. » Pas sûr, donc, qu’il fasse campagne pour être élu par le peuple de Mars.

De son côté, la direction de l’International Institute of Space Law a tenu à préciser que, dans l’espace, « les activités privées relèvent de leurs pays ». Ce qui signifie que les États sont responsables des agissements de leurs ressortissants, qu’ils appartiennent au gouvernement ou non. « Si vous êtes capitaliste, vous direz que les denrées spatiales ne peuvent pas appartenir à la communauté », rétorque Jim Cantrell, patron de Vector Launch, Inc., une société qui envoie des satellites pour des acteurs privés. « Celui qui prend le risque est récompensé. »

Bien sûr, les ressources dont disposent les entreprises spatiales reposent sur les décennies d’expertises accumulées par les agences nationales telles que la NASA. Aujourd’hui, les missions sont souvent conçues en associant acteurs publics et privés. De leur collaboration dépendra donc le partage des richesses spatiales. Et il reviendra donc ensuite aux nouveaux Martiens d’écrire leur contrat social. Si les voyages se multiplient, il pourrait bien ressembler à celui de la Terre. Entre-temps, les vendeurs de pelle auront fait fortune.

Crédits : SpaceX

Ulyces sur Mars

Les 24 articles donnent une bonne idée de ce à quoi pourrait ressembler la colonisation de Mars et des multiples défis qui nous attendent dans cette aventure cosmique.

Elon Musk annonce qu’il pourrait y avoir une base sur Mars d’ici 2028

SpaceX veut toucher du doigt la planète Mars en premier, alors même que la NASA se demande si elle sera en mesure d’y envoyer des êtres humains d’ici 2030.

Les plans détaillés d’Elon Musk pour coloniser Mars

Il souhaite « faire de l’humanité une espèce multi-planètes ».

Les 7 façons dont Mars risque de vous tuer si vous suivez Elon Musk

À propos des risques qu’implique une telle démarche pour les candidats à l’émigration, Musk a répondu sur un ton léger que SpaceX ne s’occupait que du voyage.

SpaceX a planifié le futur de l’humanité sur Mars lors d’une réunion secrète

L’atelier sur Mars qui se tenait les 7 et 8 août 2018 à l’université de Colorado Bolder était peuplé d’invités triés sur la volet.

Aux côtés des jeunes femmes qui s’entraînent pour partir à la conquête de Mars

Alyssa Carson a 17 ans, Abigail Harrison a 21 ans, et toutes les deux se voient déjà fouler le sol martien. Rencontre avec de futures astronautes à la vie hors du commun.

Huit mois à Hawaï pour se préparer à vivre sur Mars

Pendant huit mois, six volontaires ont participé à une simulation de mission sur Mars, perchés sur le volcan d’une île hawaïenne. Voici leur histoire.

Crédits : NASA/Ulyces

Les premiers astronautes envoyés vers Mars resteront enfermés dans un tube pendant trois ans

Autant dire que les volontaires devront avoir le cerveau et le corps bien accrochés.

La Russie lancera une expédition vers Mars en 2019

« Nous planifions actuellement des missions inhabitées et habitées dans l’espace, dans le cadre de notre programme consacré à la Lune et à l’exploration de Mars », a confié Vladimir Poutine.

Mars sera la première planète terraformée par l’homme

Avant de coloniser Mars, l’Homme songe à façonner la planète rouge à l’image de la Terre.

Mars City Design : un think tank imaginer un nouvel urbanisme sur la planète rouge

Le thing tank Mars City Design, fondé par Vera Mulyani dans la Silicon Valley, s’est lancé dans un projet architectural de grande envergure.

Lockheed Martin développe un atterrisseur révolutionnaire pour explorer Mars

Il devrait être capable de faire des allers-retours sur Mars pour explorer la planète rouge.

Des scientifiques ont découvert de l’eau pure en abondance sur Mars

Une étude révèle la présence, parfois tout près de la surface, d’importants dépôts de glace sur Mars.

Une immense réserve d’eau souterraine découverte sur Mars

Cette incroyable découverte pourrait constituer une révolution dans la recherche d’une vie extraterrestre.

Crédits : NASA

La NASA a découvert de la matière organique sur Mars

« Avec ces nouvelles découvertes, Mars nous dit de poursuivre nos efforts et de continuer à y chercher la preuve d’une vie », a déclaré Thomas Zurbuchen, de la NASA.

Une étude affirme qu’en 1976, la sonde Viking avait peut-être trouvé des preuves de vie sur Mars

Du dioxyde de carbone avait été trouvé, une substance significative de la présence d’organismes vivants, qui en rejettent.

Ce réacteur nucléaire portable va apporter l’électricité sur Mars

Le Kilopower a été conçu pour alimenter une base en énergie sur Mars ou la Lune. Il va bientôt pouvoir être testé sur de véritables missions.

La NASA veut déployer des essaims de robots-abeilles sur Mars

À terme, leur mission sera d’assister l’astromobile Curiosity, déployée depuis 2 000 jours, dans sa quête de cartographier la surface de la planète Mars.

Les vers de terre seraient capables de coloniser Mars

Cette expérience du sol martien pourrait nous permettre d’en savoir plus sur notre éventuelle future destination.

Le Mars Rover développé en secret par la NASA ressemble à la Batmobile

Crédits : NASA

Cet engin tout-électrique à six roues est spécialement conçu pour relever les défis offerts par l’exploration de Mars.

Ce propulseur de la NASA pourrait être la clé d’une expédition sur Mars

Le nouveau propulseur X3 a été développé par des chercheurs de l’université du Michigan en collaboration avec la NASA et l’US Air Force.

Cette entreprise développe des capsules d’hibernation pour les voyages vers Mars

Spaceworks mène ce projet en collaboration avec la NASA, avec comme objectif de lancer les premiers voyages vers Mars d’ici à 2030.

Selon la NASA, le propulseur magnétique va nous amener sur Mars en 70 jours sans carburant

Ce système de propulsion pourrait ouvrir d’incroyables possibilités en matière d’exploration de notre système solaire.

La Chine annonce avoir mis en orbite son propre EmDrive qui relierait Mars en 70 jours

S’il venait à fonctionner, ce mystérieux propulseur, qui semble contredire les lois de la physique, permettrait d’effectuer le voyage vers Mars en 70 jours.

Un laser de la NASA pourrait nous permettre d’aller sur Mars en trois jours

Avec notre technologie actuelle, il faudrait environ cinq mois à des astronautes pour atteindre la planète rouge, mais avec la « propulsion photonique », il suffirait de trois jours.


Couverture : Elon 2050. (DR/Ulyces)


 

PLUS LOIN DANS LE TURFU