fbpx

Cet homme a tenu un Burger King pirate pendant des années

par   Sarah Ben Bouzid   | 13 octobre 2020

Le restau­rant avait tout d’un Burger King… enfin presque. L’en­seigne, les affiches et les uniformes des employés étaient bien ceux de la marque. La nour­ri­ture qu’on y servait, en revanche, était immonde. L’his­toire s’est dérou­lée en 2014 dans la ville de Pitts­burgh, en Penn­syl­va­nie, et il a fallu l’enquête d’une chaîne d’info locale pour révé­ler l’énorme escroque­rie.

C’est le nombre impro­bable de plaintes des clients en ligne qui a mis la puce à l’oreille des jour­na­listes de WPXI. L’en­droit y était systé­ma­tique­ment quali­fié de louche et dange­reux, des quali­fi­ca­tifs très suspects pour l’une des enseignes de fast-food les plus aimées du monde. L’une d’elles disait par exemple : « Si vous avez déjà eu envie de manger dans une gare routière dégueu, cet endroit est fait pour vous ! »

La première chose qui frap­pait les clients, c’est que les burgers de ce Burger King n’avaient plus du tout le goût de Burger King. Et pour ne rien arran­ger, la nour­ri­ture n’était même servie dans les embal­lages de la marque, mais dans du papier alumi­nium. La rumeur a bien­tôt couru que des employés avaient été vus en train d’ache­ter des tonnes de hambur­gers dans un super­mar­ché voisin, ou même dans d’autres restau­rants Burger King.

Il s’est avéré que Burger King avait révoqué la fran­chise du restau­rant, en raison de plaintes répé­tées concer­nant la qualité des aliments. Malgré cela, le fran­chisé a conservé l’en­seigne et s’est contenté de chan­ger le nom imprimé sur les reçus en « South Side Burgers ». Les clients, bien sûr, n’étaient pas au courant de la super­che­rie, qui a duré de longs mois.

Source : WPXI

Plus d'epic