fbpx

La neuvième planète du système solaire pour­rait être un trou noir

par   Pablo Oger   | 14 juillet 2020

Des astro­nomes de l’uni­ver­sité Harvard émettent l’hy­po­thèse selon laquelle l’hy­po­thé­tique Planète Neuf située aux confins de notre système solaire pour­rait être un trou noir minia­ture, révé­lait Universe Today le 10 juillet.

Dans leur article, Abra­ham Loeb et Amir Siraj, des astro­phy­ciens de la Black Hole Initia­tive de Harvard, formulent l’idée qu’un petit trou noir d’une masse esti­mée à envi­ron cinq fois celle de la Terre pour­rait se cacher quelque part dans le nuage de Oort, une zone située bien au-delà de l’or­bite des planètes prin­ci­pales du système solaire et de la cein­ture de Kuiper, parmi ses corps célestes glacés.

Nuage d’Oort

À mesure que ces corps de glace fondent, ils pour­raient ainsi être aspi­rés dans ce mini trou noir. Lorsque cela se produit, une érup­tion visible de gaz serait émise par ledit trou noir, qui pour­rait éven­tuel­le­ment être détec­tée par les cher­cheurs du Legacy Survey of Space and Time (LSST) qui entrera en acti­vité lorsque l’ob­ser­va­toire Vera C. Rubin, au Chili, sera terminé plus tard cette année.

« Si plusieurs salves sont obser­vées au cours d’une année, le mouve­ment de la source peut être utilisé pour iden­ti­fier les para­mètres orbi­taux du trou noir », écrivent les cher­cheurs. « De plus, si la Planète Neuf est un trou noir avec une charge magné­tique, l’émis­sion synchro­tron du flux d’ac­cré­tion autour d’elle pour­rait rendre ses érup­tions beau­coup plus brillantes et plus faci­le­ment détec­tables. »

Bien que cette théo­rie du trou noir ne soit pas nouvelle, les profes­seurs Loeb et Siraj proposent ici une méthode simple pour l’in­fir­mer ou la confir­mer. Encore faudra-t-il attendre la fin de la mise en place du LSST et au moins une partie de sa mission de dix ans de surveillance du ciel austral. Cepen­dant, si vous souhai­tez appor­ter votre pierre à la recherche, la NASA a toujours besoin de béné­voles pour l’ai­der dans sa quête des planètes.

Source : Universe Today

PLUS DE SCIENCE