fbpx

Les humains du futur pour­ront récol­ter l’éner­gie des trous noirs en les nour­ris­sant

par   Denis Hadzovic   | 25 juin 2020

Des physi­ciens ont démon­tré la possi­bi­lité de géné­rer de l’éner­gie à partir de trous noirs. Un fantasme scien­ti­fique imaginé dans les années 1960 qui semble de moins en moins hors d’at­teinte, rappor­tait Vice mercredi 24 juin.

Sous la direc­tion de Marion Cromb, docto­rante à l’uni­ver­sité de Glas­gow, les cher­cheurs ont multi­plié les expé­riences afin de prou­ver que de l’éner­gie pouvait être extraite d’un trou noir en effec­tuant quelques mani­pu­la­tions sur son ergo­sphère (une région située dans le voisi­nage d’un trou noir en rota­tion).

Pour leur étude, publiée dans Nature Physics le 22 juin, ils se sont appuyés sur le proces­sus de Penrose, une hypo­thèse physique élabo­rée dans les années 1960, qui suppose qu’on peut extraire l’éner­gie d’un trou noir en rota­tion en lui envoyant des ondes sonores torsa­dées. Ils ont donc repro­duit les condi­tions d’un trou noir pour proje­ter lesdites ondes sonores à l’in­té­rieur. Et elles ont été ampli­fiées de 30 %.

Ce résul­tat confirme l’hy­po­thèse de Penrose : en entrant dans l’er­go­sphère d’un trou noir, un objet sera emporté par sa rota­tion spatio-tempo­relle. Afin d’en sortir, il sera divisé en deux parties. L’une sera consom­mée par le trou noir et l’autre en sortira avec bien plus d’éner­gie qu’à l’en­trée.

Cette vali­da­tion est bien sûr à confir­mer à plus grande échelle. Mais elle indique qu’il est théo­rique­ment possible d’uti­li­ser un trou noir pour produire de l’éner­gie en lui donnant de quoi la produire. Un peu comme un élevage de vaches laitières, quoi.

Source : Vice

Plus de turfu