fbpx

Des docu­ments prouvent qu’A­ma­zon emploie des détec­tives privés pour espion­ner ses employés

par   Sarah Ben Bouzid   | 24 novembre 2020

Plus d’une ving­taine de rapports internes d’Ama­zon obte­nus par Vice révèlent que la multi­na­tio­nale fait appel à des détec­tives privés pour espion­ner ses employés, les acti­vi­tés syndi­cales et tous les mouve­ments sociaux suscep­tibles de frei­ner ses acti­vi­tés, sur Face­book et Insta­gram, révé­lait Vice le 23 novembre.

Ces docu­ments, qui appar­te­naient au Centre des opéra­tions de sécu­rité d’Ama­zon, ont fuité pour aujourd’­hui être révé­lés au monde entier. On apprend ainsi qu’A­ma­zon engage des détec­tives de la Pinker­ton (Oui, oui, la même agence de détec­tives privés que dans Red Dead Redemp­tion 2), une agence de détec­tives privés très ancienne aujourd’­hui connue pour ses acti­vi­tés anti­syn­di­cales, afin de recueillir des infor­ma­tions sur les ouvriers d’Ama­zon, et de surveiller les acti­vi­tés syndi­cales ou mili­tantes à l’en­contre de l’en­tre­prise de Jeff Bezos.

Ces rapports internes d’Ama­zon révèlent dans les moindres détails le contrôle obses­sion­nel de l’en­tre­prise sur les mouve­ments sociaux et envi­ron­ne­men­taux en Europe, en parti­cu­lier pendant la « haute saison » d’Ama­zon entre le Black Friday et Noël. Les rapports ont été rédi­gés en 2019 par des analystes du rensei­gne­ment d’Ama­zon qui travaillent au sein du Global Secu­rity Opera­tions Center, la divi­sion de sécu­rité de la société char­gée de proté­ger les employés, four­nis­seurs et biens d’Ama­zon dans ses entre­pôts du monde entier.

Les équipes inter­na­tio­nales char­gées de la sécu­rité d’Ama­zon reçoivent ainsi des mises à jour sur les acti­vi­tés des syndi­cats dans les entre­pôts, qui comprennent la date, l’heure et le lieu exacts des mani­fes­ta­tions, la source qui a signalé l’ac­tion, ainsi qu’une descrip­tion de ce qu’il s’est passé, préci­sant s’il s’agit de grève ou simple­ment de distri­bu­tion de tracts, par exemple.

Lisa Levan­dowski, une porte-parole d’Ama­zon, a confirmé auprès de Vice que l’en­tre­prise avait engagé l’agence de détec­tives Pinker­ton. « Nous avons des parte­na­riats d’af­faires avec des entre­prises spécia­li­sées pour de nombreuses raisons diffé­rentes. Dans le cas de Pinker­ton, il s’agit de sécu­ri­ser les envois de grande valeur en tran­sit », a-t-elle déclaré. « Nous n’uti­li­sons pas nos parte­naires pour recueillir des rensei­gne­ments sur les employés des entre­pôts. Toutes les acti­vi­tés que nous entre­pre­nons sont plei­ne­ment conformes aux lois locales et sont menées en toute trans­pa­rence et avec le soutien des auto­ri­tés locales. »

L’his­toire ne s’ar­rê­tera proba­ble­ment pas là.

Source : Vice

Plus de monde